home_visu

New land for the Heiveld rooibos cooperative

Ever since our first rooibos came on to the market in 1996, we have been paying regular visits to our South African partners in Heiveld and Wupperthal. We have always taken a keen interest in the land and the conditions the rooibos is grown in. We also love meeting our growers and catching up with our producer friends.

In September this year, Arlette Rohmer was invited to Heiveld to mark the 15th anniversary of the cooperative. She was able to see the involvement of all its members, especially in relation to a new project to acquire more land. This is a vital project for the future of the cooperative, which we are supporting.

The difficulty of finding land…

The Heiveld rooibos cooperative celebrated its 15th birthday this year.

The Heiveld rooibos cooperative celebrated its 15th birthday this year.

Only two percent of land in the Bokkeveld region, where most rooibos is produced, is owned by local small producers. The rest is divided between large landowners and the government.

At a time when arable land is becoming more scarce because of drought caused by climate change that seems to be here to stay, it is becoming increasingly difficult for small producers to gain access to land.

This problem is aggravated by the fact that the South African government also buys land which it only leases to a small group of farmers, automatically excluding small producers of organic rooibos.

 

An opportunity not to be missed

It takes 18 months before a rooibos plant can be harvested for the first time. Once mature it can be harvested between three and five times before being cut down to allow the earth to rest for two years. This fallow period means you need to have large areas of arable land available to grow the plant without depleting the soil.

It takes 18 months before a rooibos plant can be harvested for the first time. Once mature it can be harvested between three and five times before being cut down to allow the earth to rest for two years. This fallow period means you need to have large areas of arable land available to grow the plant without depleting the soil.

Therefore when an opportunity to acquire new farming land presents itself, it is important to seize it. This is what happened recently with the 74 members of the Heiveld rooibos cooperative which knows its future directly depends on the extent and quality of its land.

In 2001, Laurence Dworkin, who owns the Bloemfontein Farm nature reserve in Bokkeveld, agreed to give four hectares to the newly-created Heiveld cooperative on a 99-year lease. This ideally situated plot was used to establish a tea garden.

Recently Mr Dworkin decided he no longer wished to continue managing the approximately 2,750 hectares of Bloemfontein Farm on his own and suggested the cooperative might acquire it via a trust of which he is a member. Of this extensive area, 130 hectares are arable and 70 have been planted to produce wild and organically grown rooibos. The land is classified as a « nature reserve » because of its extraordinary biodiversity (there are 9,500 different plant species, 70% of which grow nowhere else in the world), which reduces the risk of pollution in the future.

It was a real gift!

 With 130 hectares to farm, acquiring the Bloemfontein Farm nature reserve will be a breath of fresh air for the Heiveld cooperative.

With 130 hectares to farm, acquiring the Bloemfontein Farm nature reserve will be a breath of fresh air for the Heiveld cooperative.

To make the acquisition, the cooperative launched a crowdfunding campaign in January 2016. The campaign, which we supported and which is now up and running, has been promoted by fundraising on the group’s website (http://heiveld3fountains.org/about/).

Once completed this will allow the cooperative to increase the 512 hectares of land currently in cultivation to a total of 642 hectares.

Faced with the rural exodus affecting young South Africans in particular and which produces genuine socioeconomic deserts in the countryside, an operation like this will continue to preserve the magic of Heiveld and produce new generations of farmers. If this tale has touched your heart, get on board and support this project which we believe is so important to the future of the production of organic and fair trade rooibos!

 

De nouvelles terres pour la coopérative de rooibos de Heiveld

Depuis notre premier rooibos mis sur le marché en 1996, nous nous rendons régulièrement chez nos partenaires sud-africains de Heiveld et de Wupperthal. Nous avons toujours tenu à connaître le « terrain » et savoir dans quelles conditions le rooibos est produit. Au-delà de cet aspect, c’est une véritable aventure humaine que nous poursuivons avec nos amis producteurs.

Au mois de septembre de cette année, Arlette Rohmer, invitée à Heiveld à l’occasion des 15 ans de la coopérative, a pu constater toute l’implication de ses membres notamment à travers un récent projet d’acquisition de nouvelles terres. Un projet vital pour l’avenir de la coopérative, auquel nous apportons notre soutien.

Un accès à la terre difficile…

La coopérative de rooibos d'Heiveld a fêté ses 15 ans cette année.

La coopérative de rooibos de Heiveld a fêté ses 15 ans cette année.

Dans le Bokkeveld, région dans laquelle la majorité du rooibos est produit, seuls 2% des terres appartiennent aux petits producteurs locaux. Le reste est partagé entre les grands propriétaires terriens et le gouvernement.

A l’heure où les terres arables se font plus rares en raison de la sécheresse, due aux changements climatiques qui semblent s’installer dans la durée, l’accès à la terre pour les petits producteurs devient problématique.

Le phénomène est aggravé par le fait que le gouvernement sud-africain achète lui aussi des terres qu’il ne loue qu’à des paysans présélectionnés, ce qui exclut d’office les petits producteurs de rooibos bio.

 

Une opportunité à saisir

Il faudra attendre 18 mois avant d’effectuer la première récolte sur ce plant de rooibos. Mature il pourra être récolté entre 3 et 5 fois avant d'être arraché pour laisser reposer la terre pendant 2 ans. Cette jachère oblige d'avoir de très grande surface cultivable à disposition pour cultiver la plante sans épuiser le sol.

Il faudra attendre 18 mois avant d’effectuer la première récolte sur ce plant de rooibos. Mature il pourra être récolté entre 3 et 5 fois avant d’être arraché pour laisser reposer la terre pendant 2 ans. Cette jachère oblige d’avoir de très grandes surfaces cultivables à disposition pour cultiver la plante sans épuiser le sol.

Dans un tel contexte, quand une opportunité d’acquisition de nouvelles surfaces cultivables se présente, il est impératif de la saisir. C’est ce qui s’est passé récemment pour les 74 membres de la coopérative de rooibos de Heiveld qui savent que leur avenir dépend directement de la qualité et de l’étendue de leurs terres.

En 2001, Laurence Dworkin à qui appartient la réserve naturelle Bloemfontein Farm dans le Bokkeveld, accepta de céder 4 ha par un bail de 99 ans à la coopérative de Heiveld nouvellement créée. Cette surface idéalement située fut utilisée pour y implanter la cour à thé.

Récemment Laurence Dworkin, ne souhaitant plus gérer seul les quelque 2750 ha de la Bloemfontein Farm a proposé à la coopérative d’en faire l’acquisition via un groupement d’intérêt (Trust) dont il fait partie. Sur cette surface considérable, 130 ha sont cultivables et 70 sont actuellement cultivés pour produire du rooibos sauvage et du rooibos de culture biologique. Ces terres sont classées « réserve naturelle » en raison de leur biodiversité hors du commun (9500 espèces de plantes différentes, dont 70% ne poussent nulle part ailleurs dans le monde), ce qui éloigne tout risque de pollution ultérieur.

Une véritable aubaine !

Avec ses 130 ha cultivables, l'acquisition de la réserve naturelle Blomfontein Farm sera une véritable bouffée d'oxygène pour la coopérative d'Heiveld.

Avec ses 130 ha cultivables, l’acquisition de la réserve naturelle Bloemfontein Farm sera une véritable bouffée d’oxygène pour la coopérative de Heiveld.

Pour cette acquisition, la coopérative avait lancé une campagne de crowdfunding en janvier 2016. Cette campagne que nous avons soutenue et qui est aujourd’hui achevée est désormais relayée par la mise en place d’une récolte de fonds sur le site du groupement d’intérêt (http://heiveld3fountains.org/about/).

Cette opération une fois achevée permettra à la coopérative de passer des 512 ha de terre actuellement cultivés à un potentiel cultivable total de 642 ha.

Face à l’exode rural qui touche particulièrement les jeunes sud-africains et qui produit de véritables déserts socio-économiques dans les campagnes, une telle opération permettra de continuer à faire vivre ce lieu magique qu’est Heiveld et d’y voir grandir de nouvelles générations de cultivateurs. Si le cœur vous, en dit n’hésitez pas à soutenir ce projet qui nous paraît d’une importance capitale pour l’avenir de la production de rooibos biologique et équitable !

The water at the heart of the flavours

A cup of tea is made up of over 99% water, so water quality is the first thing to consider if you want to bring out the full potential of a tea. Here are a few tips to help you perfect your brew…

L-eau-au-centre-des-aromes-2016
The effect of minerals on the infusion

Water which is too chalky or with too many minerals can tend to mask the intricacies of brewed tea, giving a soulless liquor. The chlorine in some tap waters spoils the taste of the infusion, while a poor quality spring water will tend to give a flat and characterless infusion. You need to find a happy medium. If you are using tap water, it is better to filter it first. With bottled water, the ideal is to choose a spring water with little or no taste and just a little mineral content to “carry” the flavours.

Should you boil the water?

It is not recommended to boil the water for too long, because in losing its temporary hardness and oxygen, the water can tend to highlight the bitterness of the tea. Finally, you must ensure it is allowed to cool to the recommended temperature or alternatively bring down the temperature with cold water.

 

Haruki_Nanmei_A_portrait_of_Lu_Yu(part)“When the water boils, it forms bubbles on the surface like fish eyes and makes a sound which is barely audible. When it sings around the edges like a babbling stream and looks like a necklace of countless pearls, it has reached the second stage of boiling. When it leaps like a majestic breaker and resounds like a swelling wave, it has boiled enough.”
Extract from Cha Jing or The Classic of Tea – Lu Yu

 

Drawing opposite: Haruki Nanmei : A portrait of Lu Yu

 

 

 

 

These considerations broadly apply to all teas, rooibos and herbal teas. We give you the recommended temperature and infusion time on our packaging and on the product information sheet in our online shop in tasting tips so that you can follow the specific instructions for each type of leaf.

MOPA, une coopérative sri-lankaise

MOPA (Marginalised Organic Producers Association) est née en 2009 au Sri Lanka d’un regroupement de fermiers qui n’ont pas pu intégrer la coopérative SOFA, cette dernière ayant atteint ses limites avec plus de 2000 membres.

 

photo d'arlette et de cueilleuses de thé à mopa

Le but de l’association est de sortir de l’isolement les paysans qui sont propriétaires de petites et moyennes surfaces et qui ont bien des difficultés à vendre leurs produits sur les marchés.
Aujourd’hui, MOPA compte près de 800 familles de la région d’UVA qui pratiquent toutes l’agriculture biologique, voire biodynamique et sont toutes certifiées en commerce équitable.

À l’instar des membres de SOFA, ces familles entourées d’une belle biodiversité cultivent non seulement du thé, mais aussi de nombreuses  épices et plantes comme la cannelle, le poivre, la noix de muscade, le clou de girofle, le lemongrass, le café, le cacao, le citron, etc…
75% de la prime du commerce équitable sont utilisés pour financer des projets proposés par les agriculteurs eux-mêmes ; l’objectif étant d’améliorer la productivité, la qualité des produits, les méthodes de production durable, ainsi que les conditions de vie des agriculteurs.

L’eau au centre des arômes

L’eau constituant plus de 99% du thé, la qualité de celle-ci est la première chose à prendre en compte pour faire ressortir tout le potentiel d’un thé. Quelques conseils qui vous permettront d’affiner vos infusions…

L-eau-au-centre-des-aromes-2016Les effets des minéraux sur l’infusion.

Une eau trop calcaire ou trop minéralisée aura tendance à masquer les subtilités du thé infusé et donner une liqueur sans âme. Le chlore de certaines eaux du robinet gâchera le goût de l’infusion, tandis qu’une eau de source trop pauvre en minéraux aura tendance à donner une infusion plate et sans caractère. Un juste milieu est donc nécessaire. Si l’on utilise une eau du robinet ayant ces défauts, il est souhaitable de la filtrer. En bouteille, une eau de source discrète en goût et légèrement minéralisée reste l’idéal, afin de « porter » les arômes.

Faut-il faire bouillir l’eau ?

Il est conseillé de ne pas faire bouillir l’eau trop longtemps, car en perdant de sa dureté temporaire et de son oxygène, l’eau a tendance à relever l’amertume du thé. Enfin, on veillera à la laisser refroidir jusqu’à la température préconisée ou éventuellement, on la complétera avec de l’eau froide.

 

Haruki_Nanmei_A_portrait_of_Lu_Yu(part)« Quand l’eau bout, il se forme des bulles comme des yeux de poissons à la surface et elle produit
un son à peine audible. Quand elle chante sur les bords comme une source et ressemble à un collier
d’innombrables perles, elle a atteint son deuxième état d’ébullition. Quand elle bondit comme des
brisants, majestueuse, et résonne comme une vague qui s’enfle, elle a juste assez bouilli. »
Extrait du Cha Jing ou Le Classique du Thé – Lu Yu

 

Dessin ci-contre : Haruki Nanmei : A portrait of Lu Yu (part)

 

 

 

 

Ces considérations s’adressent de manière générale à tous les thés, rooibos et tisanes. Afin de respecter les spécificités de chaque type de feuille et plante, nous vous indiquons la température et le temps d’infusion recommandés au dos de nos sachets, et sur chaque fiche produit sur notre boutique en ligne dans les conseils de dégustation.