Accueil > Articles > La biodynamie ? Ca nous passionne ! On vous en parle !

26 avril 2018
sep

La biodynamie ? Ca nous passionne ! On vous en parle !

Vous êtes attiré par le logo * Demeter et par les garanties qu’il offre sans vraiment savoir ce qui se cache derrière ?

A l’heure où nous lançons sur le marché le premier rooibos produit selon le cahier des charges de l’agriculture biodynamique (en conversion Demeter France), il nous semblait important de revenir sur l’une des approches les plus globales qui soit de l’ agriculture écologique.

L’agriculture industrielle montrant en effet de plus en plus ses limites et mettant en péril nos richesses environnementales sur le long terme, les Jardins de Gaïa ont fait le choix de promouvoir l’approche biodynamique, l’une des seules vraies alternatives à nos yeux pour un futur serein.

Pour cela, nous incitons, soutenons et accompagnons les producteurs sur cette voie. Aujourd’hui, grâce à ces efforts, 10% de nos thés et tisanes référencés sont issus d’agriculture biodynamique (certifiée Demeter France) !

De Goethe à Rudolph Steiner, une manière originale d’observer le vivant

Observer le vivant pour le comprendre et pour agir en respectant sa nature profonde, tel a été l’un des leitmotivs de Goethe tout au long de sa vie. Toutes les qualités du vivant (même subjectives) sont prises en compte dans son observation dont les couleurs, les formes, les parfums, les odeurs.

Une ferme en biodynamie c’est avant tout un écosystème où cohabitent harmonieusement les êtres vivants. La notion d’interdépendance y est centrale, ce qui met à l’abri des dérives d’une agriculture où seule la rentabilité est prise en compte.

Pour Goethe la seule prise en compte des aspects quantitatifs (mesure, poids, nombre) de la science moderne ne permet pas à ses yeux d’appréhender la nature véritable de la chose ou de l’être observé. Réduire le vivant y compris l’homme à des systèmes complexes comparables à des machines ne peut qu’engendrer les graves dérives que nous observons aujourd’hui (crise de la vache folle, sol stérile ne retenant plus l’eau, abus de produits phytosanitaires, production d’OGM à de simples fins commerciales…).

Héritier de la pensée de Goethe dont il fut chargé de publier l’œuvre scientifique en 1884, Rudolf Steiner, approfondit l’approche du penseur allemand et en décrit l’aspect méthodique dans plusieurs ouvrages. Les fondements de l’agriculture biodynamique étaient nés…

Pour Rudolf Steiner, il était impensable d’oublier tous les acquis de nos ancêtres, remontant en terme d’agriculture, à plus de 6000 ans en Europe, sous prétexte d’avancées scientifiques révolutionnaires.

C’est à Koberwitz (actuelle Pologne) en juin 1924, devant un public composé majoritairement d’agriculteurs, qu’il précisa sa pensée. Ces derniers se posaient déjà des questions sur l’utilisation intensive des engrais chimiques produits pendant la Première Guerre mondiale ; ils trouvaient déjà que la qualité de leur alimentation s’était dégradée.

Lors d’un ensemble 8 conférences appelé “Cour aux agriculteurs”, il remit en cause les méthodes de l’agriculture moderne et donna ainsi naissance au courant biodynamiste.

Bien plus que de simples données techniques

La biodynamie n’est pas qu’une affaire de techniques agricoles, elle intègre des dimensions philosophiques, sociales, économiques, humaines et éthiques.

Elle respecte les rythmes solaires et lunaires, la rotation des cultures, les biotopes favorisant le développement du végétal, les races adaptées au climat local, l’autonomie énergétique maximale des exploitations…

La stimulation du sol (ici dans le jardin Putharjhora (Doaars) avec un compost biodynamisé) est au coeur des préoccupations de l’agriculture biodynamique. Elle met en rapport la santé du sol et de sa microbiologie, avec la santé non seulement physique, mais aussi psychique de l’homme qui en consomme les plantes cultivées.

Si l’on prend l’exemple des sols, en agriculture dite “conventionnelle”, les minéraux solubles apportés par les engrais chimiques sont directement transmis aux plantes par l’eau. Des apports toujours plus importants d’engrais entraînent une détérioration croissante des sols.

L’agriculture biodynamique, elle, nourrit, soigne le sol et met en jeu une utilisation judicieuse de tous les facteurs qui en déterminent la vie et la santé. Le but principal est de stimuler l’activité propre de la plante par une vivification du sol dans l’intérêt de créer les bases pour une fertilité permanente de celui-ci.

Une rotation appropriée, des labours qui limitent les adventices, une bonne fumure et des pratiques culturales adaptées, pratiquées au bon moment, stimulent la vie microbienne et favorisent l’obtention d’une récolte saine. De saison en saison, le paysan transforme le sol que lui a offert la nature en une terre cultivée à la fertilité optimale.

Soigner la terre pour mieux nourrir les hommes

L’agriculture biodynamique possède de nombreux points communs avec l’agriculture biologique. La grande différence est l’utilisation de tisanes et décoctions sous forme de préparations. Des plantes comme la prêle, l’ortie ou l’osier assurent par exemple une protection contre le mildiou et permettent un usage très limité du cuivre qui est un fongicide altérant la microflore du sol.

La camomille, ici cultivée dans le jardin de Selimbong au Darjeeling (certifié Demeter depuis 1995) est liée au métabolisme du calcium. Elle régularise aussi les processus de l’azote.

Pour la fabrication et l’emploi optimal de ces préparations, les biodynamistes tiennent compte de l’influence des grands rythmes naturels de l’année, du mois lunaire et de la journée. Selon la vision de Rudolph Steiner, employées au bon moment, ces préparations amplifient les interactions positives de la terre et du cosmos sur les plantes. Pour renforcer la partie aérienne des plantes, on pulvérisera par exemple de la silice de corne très tôt le matin, au plus proche du lever du soleil, et en période de lune montante.

Une agriculture à la philosophie proche de nos partenaires-producteurs…

Nos thés labellisés Demeter France viennent tous d’Inde et du Sri Lanka (ajoutons à cela quelques tisanes composées dont les plantes sont d’origine européenne).

Dans ces pays hindouistes et bouddhistes, l’agriculture biologique puis biodynamique se sont imposées tout d’abord dans les années 80 comme des solutions économiques et sont devenues par la suite une évidence pour certains. Universels, une partie des fondements de la biodynamie croisent les valeurs religieuses, les pratiques astrologiques, la médecine traditionnelle, l’Âyurveda… qui tiennent une place prépondérante dans la culture de ces deux pays.

Biodynamie rime naturellement avec biodiversité. Ici, la cueillette du poivre au Sri Lanka par nos partenaires qui produisent aussi bien du thé que des fruits ou des épices.

Programme de passage des préparations biodynamiques, semis, plantation, taille, fertilisation et préparation du compost sont réalisables en Inde.

Pour la protection des cultures, des purins de plantes locales sont employés. Les plantes endémiques d’Europe nécessaires à certaines préparations comme la camomille sont soit cultivées, soit remplacées par des plantes locales équivalentes.

A l’heure actuelle, les jardins de Selimbong et de Putharjhora en Inde et de SOFA et MOPA au Sri Lanka sont certifiés Demeter. Les jardins de Seeyok, Singell et Samabeong au Darjeeling, utilisent aussi les pratiques de la biodynamie, mais ne sont pas certifiés. Depuis presque dix ans, on constate dans ces jardins une diversification des cultures (il est courant que nos partenaires-producteurs cultivent aussi bien du thé que des fruits et des épices), une mise en valeur des méthodes traditionnelles d’agriculture, la sauvegarde de certaines espèces et le respect de l’équilibre écologique (au Darjeeling l’érosion due à d’anciennes pratiques intensives de déboisement est en net recul).

Les nombreuses préparations à bases de plantes permettent de soigner la terre et de lui restituer ce que nous lui prenons. Photo prise dans le jardin de Putharjhora dans le Dooars dont l’expertise dans la biodynamie est particulièrement reconnue. Nombre d’agriculteurs de la région viennent y prendre conseil.

Grâce à sa capacité à régénérer rapidement et avec peu de moyens des sols dégradés par des années de pratiques intensives, la biodynamie vient donc au secours des petits producteurs qui bien souvent ont été victimes d’une révolution verte qui en endommageant de nombreuses surfaces cultivées, n’a pas tenu ses promesses.

Mais plus encore, la biodynamie, et c’est là l’essentiel, préserve la santé de nos partenaires-producteurs et elle leur garantit une qualité de vie qui les motive et qui se voit sur leur visage lors de chacune de nos rencontres. Cette manière saine et naturelle de travailler la terre et de prendre soin des théiers est une vraie source d’échanges et d’émulation.

Cette agriculture étant, depuis son origine, basée sur un partage des connaissances, bien loin des notions de brevets ou autre privatisation intellectuelle, est un vecteur de lien et de partages qui transcende les frontières et se recentre sur notre humanité.

Le premier rooibos en conversion Demeter… !

Nouvelle étape : le rooibos en conversion Demeter ! Sous l’impulsion d’Arlette Rohmer qui a toujours vu en Wupperthal un lieu idéal pour y développer l’agriculture biodynamique, 22 paysans de la coopérative de rooibos locale, ont décidé de se lancer dans l’aventure.

Ils se sont formés auprès du centre de formation Demeter de Stellenbosh et c’est sur le haut plateau de Vaalheuning dans le Cederberg, au milieu d’un « royaume floral » protégé, que ce premier rooibos élevé selon les principes de l’agriculture biodynamique, prend naturellement sa force et sa richesse. Nous sommes fiers d’être les seuls à pouvoir vous proposer en ce début d’année cette nouveauté, qui exprime toute la magie d’un terroir qui nous tient véritablement à cœur !

« Royaume floral » préservé, le haut plateau de Vaalheuning dans le Cederberg, est le berceau idéal du premier rooibos en conversion Demeter qui est l’aboutissement d’une longue collaboration avec nos partenaires-producteurs sud-africains.

Si cet article vous a donné envie d’en savoir plus n’hésitez pas à prendre contact avec le MABD (Mouvement de l’Agriculture Biodynamique).

*Déposé dès 1932, le logo Demeter fait référence à la déesse de la fécondité et mère de la Terre dans la mythologie grecque. Demeter est la marque qui permet de reconnaître les produits issus de l’agriculture biodynamique. Le produit Demeter satisfait aux exigences du règlement européen sur l’agriculture biologique et répond en plus, au cahier des charges spécifique de la biodynamie.

Partagez votre avis en laissant un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>