home_visu

Archives par catégorie > L’univers du Thé

Dans ce blog, nous vous ouvrons grand les portes sur tout ce qui se cache derrière nos thés : coups de cœur pour une nouveauté, focus sur un cru particulier ou invitation au voyage et à la rencontre avec celles et ceux grâce auxquels vous les dégustez… Une autre manière de dire « Merci ! » aux producteurs, avec lesquels nous travaillons en étroite collaboration.

Tensions au Darjeeling : un point sur la situation

Depuis mi-mai, la région du Darjeeling en Inde est en ébullition. De vives tensions émaillées de nombreux actes de violence, des producteurs et des employés qui ne peuvent plus travailler et des jardins de thé laissés quasiment à l’abandon sont le résultat de revendications identitaires fruits d’un passé historique complexe.

Pour en savoir plus sur la situation, nous avons contacté notre partenaire en Inde. Voici en quelques mots les informations que nous avons pu recevoir dans un contexte politique tendu.

Un peu d’histoire

Au 17e et 18e s., le Royaume du Népal conquit un vaste territoire dans les régions himalayennes, dont l’ancien royaume du Sikkim qui incluait l’actuel district du Darjeeling. Lors du traité de Sugauli, ratifié le 4 mars 1816 et qui mit fin à la guerre anglo-népalaise (1814-1816), le Népal céda plusieurs de ses territoires à l’Angleterre, dont le Darjeeling.

C’est en 1907 que l’Hillmen’s Association Of Darjeeling [1] fit la première demande d’autonomie administrative pour la région du Darjeeling-Dooars. Cette demande était légale, mais le gouvernement anglais refusa sous prétexte que ces deux régions ne pouvaient être considérées comme des régions administratives « normales » où les règles et les lois de l’Empire pouvaient s’appliquer directement, comme dans les autres parties de l’Inde.

En 1935, le Darjeeling fut officiellement rattaché à l’actuel Bengale simplement par le fait que la région dut envoyer un électeur à l’Assemblée législative du Bengale de l’époque.

Ce rattachement qui ne tenait absolument pas compte des spécificités culturelles du Darjeeling fut décidé pour des raisons purement administratives, afin de permettre un contrôle facilité de l’administration anglaise sur cette partie de l’Inde.

Après la déclaration d’Indépendance de l’Inde en 1947 et le départ des Anglais, le Darjeeling et sa population d’origine népalaise devint un territoire indien. Les « Gorkha », qui représentent en Inde la minorité d’origine népalaise qui peuple historiquement le Darjeeling, eurent beaucoup de difficultés à accepter d’être considérés de fait comme des Indiens.

À partir de là, les crises identitaires et les mouvements de revendications d’indépendance se succèdent jusqu’à ceux d’aujourd’hui déclenchés par l’imposition de l’apprentissage du bengali aux élèves du Darjeeling.

Quelles sont les conséquences pour la population locale ?

D’après notre partenaire indien, la région est totalement paralysée. Les magasins et les routes sont fermés et un climat de violence met en péril l’harmonie sociale de la région.

Légalement les grèves sont interdites et les employés des jardins de thé ne sont pas payés puisqu’ils ne travaillent pas.

La plupart des habitants survivent grâce à leurs stocks de nourriture (sac de riz, céréales, épices…) et en cultivant leurs potagers. Une économie basée sur le troc s’est parallèlement mise en place : on échange du riz contre des pommes de terre, etc.

En attendant que la situation s’améliore, les potagers permettent aux habitants de la région du Darjeeling de survivre. Mais pour combien de temps ?

Mais la situation est très délicate, et certains choisissent par nécessité de quitter les villages à l’avenir incertain, pour chercher du travail dans les grandes villes. Personne ne sait s’ils reviendront travailler un jour dans les jardins de thé. Cette situation si elle perdure aura de graves conséquences économiques et sociales dans le Darjeeling.

D’après notre partenaire indien, des armes sont en circulation dans la région et le climat est devenu très instable. Il est donc urgent que le gouvernement intervienne.

Quelles sont les conséquences sur les jardins de thé ?

Chez notre partenaire indien, depuis le début du conflit, seuls 25% de la production annuelle normale a été atteinte en 2017.

Le désherbage des jeunes théiers est une opération essentielle à leur survie. Celle-ci n’est plus faite depuis des mois.

Les managers et les employés des jardins de thé sont découragés : chaque jour ils voient ces derniers péricliter et peu à peu se recouvrir d’herbes sauvages. Dans certains jardins, on ne voit quasiment plus les théiers et la jungle reprend peu à peu ses droits. Les jeunes théiers qui ont été récemment plantés souffrent de la concurrence des plantes environnantes trop nombreuses et disparaissent peu à peu.

D’après les managers, il faudra au moins trois ans pour que les jardins de thés soient entièrement remis en état. Dès que ceux-ci rouvriront, l’urgence sera de réparer les habitations des ouvriers qui ont été touchées par la mousson qui a causé beaucoup de dégâts cette année et de nettoyer les jardins au plus vite.

Certains d’entre eux s’en sortent mieux que d’autres, comme celui de Mineral Spring qui appartient à quelques petits fermiers indépendants. Ces derniers ont pu transformer manuellement quelques thés, qu’ils ont vendus sur les marchés locaux du Dooars tout proche.

Ce sont dans les jardins de Subarna, Samabeong et Potong que la situation est la plus inquiétante. Non seulement ils sont très isolés, mais leurs cultures potagères sont trop limitées pour leur permettre une autosuffisance alimentaire.

De nombreux propriétaires de jardins de thé ne savent plus comment gérer la situation de leurs employés et leur situation financière est telle, que nombreux d’entre eux choisissent de tout vendre. La crise est donc très grave.

Ce qui était encore un jardin de thé au début du printemps est en train de se transformer en vraie jungle. D’après notre partenaire, la tâche de nettoyage sera énorme.

Si les jardins restent fermés après septembre, il y a de gros risques que la culture du thé dans le Darjeeling soit compromise pour l’année prochaine à commencer par la récolte des primeurs 2018.
Dans tous les cas, la pénurie en thés du Darjeeling devrait se faire rapidement sentir et une augmentation du prix de ces derniers est à prévoir.

Un espoir ?

Cette crise est avant tout une crise identitaire, bien plus qu’une crise économique. Il est évident que si les revendications d’autonomie administrative et les spécificités culturelles du Darjeeling étaient mieux prises en compte, ces affrontements ne seraient pas aussi virulents.

Mais en attendant, tous les espoirs se tournent vers le gouvernement indien qui pour le moment n’est pas intervenu de manière directe pour stabiliser la situation.

Cela pourrait changer avant l’arrivée la « Durga Puja », une grande fête traditionnelle qui aura lieu fin septembre dans le Bengale. Nous espérons que ce sera l’occasion pour que le gouvernement indien de trouver une solution afin de protéger les populations locales et de faire en sorte que tout le secteur économique, dont les jardins de thé, puisse à nouveau repartir.

[1] L’Hillmen’s Association of Darjeeling fut le premier groupe constitué pour demander officiellement l’autonomie administrative du Darjeeling. Ses membres firent plusieurs demandes successives au gouvernement britannique (en 1907, 1917, 1929 et 1930).

Médaille d’argent pour “Le secret des muses”!

Le 12 juin dernier, notre thé blanc “Le secret des muses” a conquis le jury de gourmets lors du concours Les épicures* organisé par le magazine professionnel Le monde de l’épicerie fine ! Une médaille d’argent qui vient récompenser la qualité gustative mais aussi l’élégance et l’originalité de cette recette maison bio et équitable développée et réalisée dans nos locaux, en Alsace, et qui nous ravit !

Une base de thé blanc pour la fraîcheur, les arômes gourmands du sureau et de la framboise pour les saveurs, le tout relevé par une note acidulée de citron : cette recette séduit immédiatement par son bel équilibre.

Après notre thé d’origine Darjeeling primeur Holi Beauty – FTGFOP1 FF (Médaille d’argent Les épicures 2016), c’est au tour d’une “création parfumée” d’être primée, une distinction dont nous sommes fiers puisque ce concours s’installe comme un événement clef du secteur gourmet.

Pourquoi le jury de professionnels l’a-t-il choisi ?

Le jury d’experts de l’épicerie fine, composé de professionnels de la restauration et de l’épicerie fine, s’est attaché aux critères de qualité gustative (bien sûr l’aspect primordial), d’apparence, de méthode de fabrication, de cohérence, d’élégance, d’originalité et de packaging pour évaluer notre thé et lui attribuer une médaille d’argent.

Une recette idéale pour vous désaltérer en été !

Lors de la dégustation nous l’avons présenté chaud et froid. Quand le thermomètre s’affole, Le secret des muses est particulièrement rafraîchissant et fruité, découvrez et testez-le sans modération de cette façon.

Recette minute : mettez 5 cuillères à soupe du thé « Le secret des muses » dans 1/2 litre d’eau à 80°C durant 3-4 minutes. Filtrez et versez l’infusion obtenue dans une cruche remplie de glaçons, c’est prêt !

L’infusion à froid ? C’est très simple : mettez 5 cuillères à soupe du thé « Le secret des muses » dans 1 litre d’eau froide, laissez infuser quelques heures au réfrigérateur. Et régalez-vous sans calories inutiles !

Une création « made in Alsace »

Cette création maison a été aromatisée, produite et conditionnée par nos soins, manuellement dans nos locaux en Alsace. Ce choix – à contre-courant – nous a été dicté par notre volonté de préserver l’emploi en milieu rural, mais aussi parce nous pensons que des personnes bien formées sont une vraie alternative au recours systématique à des machines.

*Créés en 2014 (un an après le lancement du magazine), les Épicures de l’Épicerie Fine se sont installés comme un événement clé du secteur gourmet. Rendez-vous annuel de toute une profession, en juin, il offre pendant une journée une double opportunité : des remises de trophées et des rencontres d’affaires.

Notes de dégustation : Mystical Dream FTGFOP1 FF *

Nous avons découvert le Mystical Dream l’an passé sur les hauteurs du Darjeeling et c’est l’un de nos coups de cœur 2017. Lors de notre dégustation des primeurs indiens, ce thé noir s’est distingué par son originalité et sa finesse.

Récolté à la main dès les premiers jours de printemps, il fait la fierté des producteurs du jardin de Singell, l’un des plus anciens du Darjeeling. La majorité de ses théiers provenant de Chine (var. sinensis) y ont été plantés au 19e siècle et ont été reproduits à partir de graines. Leurs racines bien installées puisent profondément dans le sol une minéralité qui singularise les thés de ce jardin.

Origine : Jardin de Singell, Darjeeling, Inde

Labels : Agriculture Biologique, Fairtrade, IGP

Couleur de thé : Noir

Température de l’eau : 85-90° C

Temps d’infusion en théière classique : 3 minutes

Quantité infusée : 7-8 grammes pour une théière de 500 ml

Feuilles sèches : Petites feuilles régulières (récolte manuelle) allant du vert clair au brun foncé agrémentées de nombreux bourgeons argentés d’où émanent des senteurs fraîches et herbacées.

Liqueur : Jaune lumineux

Au nez : L’infusion dégage des parfums floraux et herbacés complexes.

En bouche : La liqueur est ronde, soyeuse et dense. L’attaque est pleine de douceur avec des notes sucrées rappelant le miel d’acacia. Puis la liqueur déroule sa complexité avec des notes fraîches et fruitées soutenues par une belle minéralité, qui donne corps à ce primeur d’exception. On y perçoit des arômes de banane aussi rares qu’étonnants dans un Darjeeling primeur. L’infusion est gourmande et l’énergie qui s’en dégage donne envie de se resservir…, ce qui est très bon signe.

Ce First Flush est décidément l’une de nos bonnes surprises de ces dernières années. A votre tour de le goûter et de nous donner vos impressions…

 

* FTGFOP1 FF : Finest Tippy Golden Flowery Orange Pekoe 1 First Flush : ce grade désigne des thés de qualité supérieure qui contiennent uniquement des bourgeons de printemps.

Hommage aux femmes du thé

Les femmes et le thé sont intimement liés puisque dans les jardins aux quatre coins du monde, ce sont elles qui cueillent les précieuses feuilles de thé.  Savoir-faire, minutie, générosité, sens de l’organisation, l’activité des femmes que nous rencontrons dans les jardins de thé ne cesse pas à la sortie du travail. Année après année, à la faveur des ressources régulières perçues dans leur activité principale qu’est le thé, nombre d’entre elles ont su développer avec audace et imagination des activités secondaires.

Création et vente de paniers artisanaux au Kerala en Inde, ouverture d’une guesthouse à Heiveld en Afrique du Sud, fabrication de cosmétiques à base de rooibos à Wupperthal, ouverture d’une boutique de vêtements home-made au Sri Lanka : partout se développent des initiatives de la part des femmes.

A l’occasion de cette journée internationale des femmes, nous rendons hommage à ces femmes mais également à celles qui composent l’équipe des Jardins de Gaïa en Alsace, dont la part féminine s’élève tout de même à 85 % !

photo de femme au darjeeling cachée derrière un tas de théphoto de groupe de cuilleuses wa dans les théiers avec arlette
Photo de 3 Miss tea au Japon dans la région de UjiPhoto d'une vieille femme qui cueille su thé pour le transformer en thé pu'er

Putharjhora : jardin de thé biodynamique depuis 2005

 

Certifié Demeter depuis 2005, le jardin de Putharjhora, situé dans la région du Dooars en Inde, a la plus grande surface cultivée en biodynamie de l’ensemble des jardins gérés par notre partenaire indien Tea Promoters of India.

La mise en œuvre des procédés biodynamiques a été confiée à un véritable passionné de cette agriculture : Kushal Lama est considéré comme un expert en la matière et nombre d’agriculteurs de la région viennent s’enquérir de ses conseils.
Les installations qu’il gère avec son équipe sont en rapport avec l’immensité du jardin qui s’étend sur 360 hectares. Ce sont plus de 3 millions de théiers qui sont entretenus au fil de l’année par son équipe !

Pour de telles cultures, pas moins de 15 000 tonnes de compost sont élaborées chaque année par vingt personnes affectées à cette seule tâche.
Quasiment toutes les plantes nécessaires aux préparations destinées à soigner la terre et les théiers sont cultivées sur place et souvent avec des équivalences locales. Seule la valériane (Valeriana officinalis) doit être importée, car aucun équivalent n’a été trouvé sur place et elle n’est pas du tout adaptée au climat tropical du Dooars.

Ce jardin qui produit des thés noirs et verts nous propose depuis quelques récoltes des qualités de type orthodoxe, en feuilles entières, aux caractéristiques très prometteuses !

Le Yunnan, berceau du thé

5 décembre 2016 sep Tags: sep sep sep sep sep Donnez votre avis !

Thé noir du Yunnan Dian Hong Golden Buds

En complément de notre présentation du Dian Hong Golden Buds dans le cadre de notre thé de la semaine, voici quelques informations sur la province du Yunnan que tous les amateurs de thé rêvent de visiter un jour. C’est en effet dans cette province et dans celles limitrophes du Sichuan et du Guizhou que l’histoire du thé a débuté.

Le Yunnan, qui signifie littéralement « au sud des nuages » est l’une des plus belles régions de Chine. Elle possède quatre climats distincts : tropical, subtropical, tempéré et froid et compte la plus grande variété de plantes en Chine.

Cueillette de printemps sur théiers anciens dans la province du Yunnan - ChineAujourd’hui première province de thé en termes de surface, elle est surtout réputée pour ses théiers anciens. Le plus vieil arbre recensé se trouve à Lincang et a été daté à 3200 ans au carbone 14. Il fait l’objet d’un véritable culte dans la région. Les particularités de ces théiers dont certains poussent à l’état sauvage sont leur robustesse, leur mode de récolte à même l’arbre et la grandeur importante des feuilles spécifique au camellia sinensis variété assamica.

Elles servent à fabriquer le pu’er, le plus connu des thés sombres. Leurs bourgeons riches en huiles essentielles permettent aussi d’élaborer de succulents thés noirs comme le Dian Hong qui séduit par ses arômes maltés et des thés blancs encore méconnus comme le Bai Ya Cha ou le Yue Guang Bai Yunnan. Enfin le Yunnan est la patrie des Tuocha, thés compressés en  forme de nid d’oiseau, et des fameux Qi Zi Bing Cha, sorte de galette de thés compressés qui voyageaient par lot de sept sur la mythique route du thé et des chevaux afin d’approvisionner les lamaseries tibétaines.

En savoir plus sur le projet Lincang :

http://www.jardinsdegaia.com/projets#lincang

L’eau au centre des arômes

L’eau constituant plus de 99% du thé, la qualité de celle-ci est la première chose à prendre en compte pour faire ressortir tout le potentiel d’un thé. Quelques conseils qui vous permettront d’affiner vos infusions…

L-eau-au-centre-des-aromes-2016Les effets des minéraux sur l’infusion.

Une eau trop calcaire ou trop minéralisée aura tendance à masquer les subtilités du thé infusé et donner une liqueur sans âme. Le chlore de certaines eaux du robinet gâchera le goût de l’infusion, tandis qu’une eau de source trop pauvre en minéraux aura tendance à donner une infusion plate et sans caractère. Un juste milieu est donc nécessaire. Si l’on utilise une eau du robinet ayant ces défauts, il est souhaitable de la filtrer. En bouteille, une eau de source discrète en goût et légèrement minéralisée reste l’idéal, afin de « porter » les arômes.

Faut-il faire bouillir l’eau ?

Il est conseillé de ne pas faire bouillir l’eau trop longtemps, car en perdant de sa dureté temporaire et de son oxygène, l’eau a tendance à relever l’amertume du thé. Enfin, on veillera à la laisser refroidir jusqu’à la température préconisée ou éventuellement, on la complétera avec de l’eau froide.

 

Haruki_Nanmei_A_portrait_of_Lu_Yu(part)« Quand l’eau bout, il se forme des bulles comme des yeux de poissons à la surface et elle produit
un son à peine audible. Quand elle chante sur les bords comme une source et ressemble à un collier
d’innombrables perles, elle a atteint son deuxième état d’ébullition. Quand elle bondit comme des
brisants, majestueuse, et résonne comme une vague qui s’enfle, elle a juste assez bouilli. »
Extrait du Cha Jing ou Le Classique du Thé – Lu Yu

 

Dessin ci-contre : Haruki Nanmei : A portrait of Lu Yu (part)

 

 

 

 

Ces considérations s’adressent de manière générale à tous les thés, rooibos et tisanes. Afin de respecter les spécificités de chaque type de feuille et plante, nous vous indiquons la température et le temps d’infusion recommandés au dos de nos sachets, et sur chaque fiche produit sur notre boutique en ligne dans les conseils de dégustation.

 

 

 

Holi Beauty : Médaille d’Argent 2016

Médaille d'argent Les épicuresNouveau et déjà primé ! HOLI BEAUTY – FTGFOP1 FF, l’un de nos thés noirs primeurs 2016, vient d’être récompensé de la Médaille d’Argent « Les Épicures de l’Épicerie Fine ». Le jury, composé de professionnels de la restauration et de l’épicerie fine a été réuni par le magazine Le Monde de l’Épicerie Fine. Ces fins gourmets ont reconnu la méthode de fabrication, la qualité visuelle et gustative de ce thé, issu d’un jardin réputé du Darjeeling (Selimbong) et de l’agriculture biodynamique, ainsi que l’esthétique du packaging.

 

TU2196_Holi-Beauty_Epicure-argent« Holi Beauty – FTGFOP1 FF », un primeur du Darjeeling d’une grande richesse aromatique

Ce thé noir nature de printemps, récolté à la main lors de la fête des couleurs (Holi), brille par sa grande richesse aromatique. L’infusion cristalline trouve un parfait équilibre entre le végétal, le floral et le fruité. Elle évoque tour à tour la subtilité de la feuille de cassis, la délicatesse d’une orchidée, la saveur gourmande des fruits rouges et l’exotisme du litchi, le tout agrémenté d’une agréable pointe de miel.

Logos Holi BeautyDes labels pour renforcer une origine et une production de qualité

Ce grand cru est labellisé IGP Darjeeling, demeter et WFTO. L’IGP Darjeeling est l’unique Indication Géographique Protégée reconnue par l’Union Européenne et l’Inde, et certifie aux consommateurs l’origine. Engagés en faveur de la biodynamie, nous avons accompagné le jardin de Selimbong, certifié demeter, dans le développement de cette forme d’agriculture. Depuis 2016, nous avons également rejoint WFTO (World Fair Trade Organization), qui garantit une démarche globale de commerce plus juste et équitable tant au niveau du producteur que de l’organisation adhérente.

Ainsi, Holi Beauty – FTGFOP1 FF a bénéficié d’un terroir riche et de pratiques respectueuses de la nature et de l’homme.

Cuilleuse-a-selimbongLe jardin de Selimbong, une plantation de renommée

À l’instar des grands vins, les grands thés sont issus de terroirs renommés. Les producteurs de Selimbong, plantation qui existe depuis 1860, ont conjugué leurs savoir-faire pour élaborer Holi Beauty. Titulaires du prestigieux prix Tea Board of India Award for Quality, ce sont eux également qui récoltent chaque été des thés au goût de muscat attendus par des connaisseurs du monde entier.

Le prix « Les Épicures de l’Épicerie Fine »

Reprenant le principe des deux précédentes éditions, « Les Épicures de l’Épicerie Fine » 2016 ont été attribués par six jurys de professionnels rassemblés le 13 juin dernier à Paris. Ces experts ont évalué 125 produits classés par famille et rigoureusement présélectionnés par la rédaction du Monde de l’Épicerie Fine, avant d’attribuer aux meilleurs d’entre eux les Épicures d’Or, d’Argent et de Bronze.

Retrouvez Holi Beauty – FTGFOP1 FF: bit.ly/28P8UKG
Les Epicures de l’Epicerie Fine: http://www.monde-epicerie-fine.fr/category/prix-les-epicures/

En thé, osez la fraîcheur !

Nous avons coutume de faire infuser le thé dans une eau chaude adaptée à chaque type de thé. Pourtant, l’infusion à froid, bien moins connue, peut elle aussi révéler de délicieux arômes, voire mettre en valeur certaines saveurs, puisque dans ce mode d’infusion jamais l’amertume n’apparaît. Très facile à réaliser, elle est permise avec tout type de thé ou de tisane, des grands classiques aux plus rares & précieux, et s’adapte avec élégance à nos modes de vie actifs…

Précieuses huiles essentielles

On doit les arômes d’un thé notamment aux huiles essentielles présentes naturellement dans ses feuilles. Celles-ci étant solubles, y compris dans une eau froide, on peut obtenir une infusion très savoureuse en toute simplicité. En outre, à froid, les feuilles de thé ne développent pas d’amertume, puisque qu’en deçà de 80°C, les polyphénols, qui en sont responsables, se libèrent en très faible quantité. Les acides aminés et autres vitamines, quand à eux, restent bien présents.

Les étapes d’une infusion à froid : la confiance en l’intuition

  • Déposez directement la quantité de thé ou de tisane conseillée sur le sachet, le tube ou l’étui.
  • Ajoutez-y 1 cuillère à thé, « pour la théière »
  • Placez-le dans un théière, une carafe ou une bouteille en verre que vous remplirez d’une eau filtrée.
  • Laissez infuser au frais ou à température ambiante. Filtrez, goûtez et dégustez !

Le temps d’infusion peut varier suivant l’intuition de chacun, son palais et son envie du moment.

Quelques suggestions

TF1322 Délice des fruitiersDélice des fruitiers

Mettez 3 cuillères à soupe de ce mélange de fruits séchés dans 1 litre d’eau froide que vous laisserez une nuit au réfrigérateur. Savourez une boisson intense, gorgée de soleil…

TV6582_Sencha PremiumSencha Premium

Infusée 1/2 heure, cette cueillette des premières feuilles de printemps travaillées en de petites aiguilles vert foncé libère une liqueur jaune d’or aux reflets verdoyants. Ce Sencha d’une rare finesse s’adapte parfaitement à une infusion à froid.

TN4682_Yin-Ya-ChaYin Ya Cha

On laissera infuser 1/2 heure à 1 heure les délicats bourgeons dorés de ce thé noir. L’équilibre reste parfait entre saveurs délicates et notes veloutées.

Un avantage pour les thés de printemps

Les thés les plus précieux sont généralement issus de cueillettes de printemps. Au réveil de leur sommeil hivernal, les théiers se sont gorgés d’huiles essentielles, à l’origine de la plupart des saveurs complexes que l’on peut retrouver à la dégustation d’un thé. Les bourgeons et très jeunes feuilles délicatement cueillis à la main à cette période en contiennent une concentration très importante. Infuser à froid un thé de grande finesse est très intéressant, il développera des nuances de saveurs imperceptibles à chaud.

Astuce :

Lors de vos balades ou sorties sportives, pensez à mettre quelques feuilles du thé dans votre gourde ou votre bouteille d’eau fraîche. Vous obtiendrez au fil de la journée une eau agréablement parfumée et naturellement vitaminée !

Les Primeurs 2016 sont arrivés !

Les Primeurs d’Inde viennent tout juste d’arriver ! Une petite séance de tea-tasting avant de vous les proposer et les voici, ces tendres bourgeons frais et printaniers qui font chaque année le bonheur des amateurs de grands crus du Darjeeling… Ces primeurs 2016, qui ont profité d’une météo clémente avant la récolte, nous ont réservé de très belles surprises, dont deux nouveautés qui raviront vos palais avertis ! Nos trois « coups de cœur » quand à eux, mettent en valeur la diversité des profils aromatiques de ce millésime riche. Laissez-vous guider !

DEUX NOUVEAUX CRUS

Ces deux grands crus cultivés selon les principes de l’agriculture biodynamique et biologique ont été élaborés par un jour de pleine lune en pleine fête des couleurs (Holi)… un jour faste qui a tenu ses promesses.

Holi-BeautyHoli Beauty – Singell

Ce Darjeeling de printemps, récolté à la main, brille par sa grande richesse aromatique. Évoquant tour à tour la feuille de cassis, l’orchidée, les fruits rouges et le litchi, le tout agrémenté d’une agréable pointe de miel, ce primeur est à lui seul un véritable festival d’arômes !

Mystical-dreamMystical Dream – Selimbong

Douceur, rondeur et équilibre magnifient ce grand cru récolté à la main qui laisse en bouche de subtils parfums floraux mettant en valeur des arômes végétaux uniques qui évoquent immédiatement l’asperge verte. Assurément un Darjeeling primeur qui marquera les esprits.

COUP DE CŒUR 2016

Snowview FTGFOP1 FF Top Quality

Sa liqueur dorée et moelleuse libère un bouquet qui évoque les premières fleurs du printemps. Séduisant par ses arômes riches et équilibrés, il laisse en bouche des saveurs sucrées de miel et de compote de poires légèrement vanillée. Un délicieux cru rare à découvrir !

Selimbong FTGFOP1 FF Top Quality

Excellente récolte primeur produite par un jardin réputé, certifié Demeter. Liqueur longue en bouche aux parfums herbacés. Saveur onctueuse où se mêlent harmonieusement des notes de biscuit, de vanille, d’amande, d’asperge et de pistache. Légèrement astringent ce thé a un caractère résolument masculin.

Putharjhora FTGFOP1 FF Top Quality

Récolte primeur rare et exceptionnelle. Liqueur lumineuse cuivrée, ronde et moelleuse. Au premier plan, une saveur sucrée particulièrement gourmande évoquant le caramel relayée par la douceur du lait d’amande. Un primeur absolument succulent !

Découvrez notre sélection complète !

Primeurs du Darjeeling 2016 : patience….

Moment tant attendu par les amateurs, les primeurs du Darjeeling arrivent dans quelques jours ! Récoltés à la main à la pointe de leur maturité, ces grands crus mettent en valeur l’excellent travail des producteurs qui mettent tout en œuvre pour garantir la qualité du nouveau millésime. C’est ce que nous avons pu constater en nous rendant sur place au mois de mars dernier, dès le premier jour des récoltes. Nous avons pu déguster certaines récoltes à même les jardins de thés et sommes particulièrement fiers d’avoir laissé ces thés d’exception arriver à maturité, puisqu’ils révèlent tout leur potentiel. Cette volonté de laisser le temps au temps, empreinte de sagesse, se remarque dès les premières gorgées…

Spécificités de la récolte 2016

La période hivernale a cette année été particulièrement sèche dans le Darjeeling. Les producteurs ont donc dû faire preuve de patience afin que les conditions de récoltes idéales soient réunies. Cette patience a fini par payer : la pluie tant attendue est arrivée fin mars quand nous étions sur place pour les premières récoltes. A la faveur des températures clémentes des derniers mois, les théiers ont eut le te temps de s’épanouir et les jeunes pousses se sont gorgées de précieuses huiles essentielles.

Fraîcheur, notes florales typiques, bouquet aromatique complexe, chaque tasse est un petit voyage gustatif à offrir ou à s’offrir pour un grand moment de plaisir !

jeunes-pousses-de-printemps-dans-la-biodiversite-de-seeyokarrivée-de-la-derniere-cueillette-du-matin-pour-la-pesee-a-selimbong
Jeunes pousses de printemps dans la biodiversité du jardin de SeeyokArrivée de la dernière cueillette du matin pour la pesée des feuilles fraîches à Selimbong

Deux nouveautés exceptionnelles

Lors de notre rencontre avec les producteurs, nous avons eu l’occasion de goûter et de sélectionner deux nouveaux primeurs qui nous ont particulièrement marqués. Ces deux grands crus élevés selon les principes de l’agriculture biodynamique et biologique ont été élaborés par un jour de pleine lune en pleine fête des couleurs (Holi). Ce jour faste a aussi marqué le début des récoltes 2016.

Dévoilées début mai…

Encore un peu de patience… ces superbes récoltes seront dévoilées au début du mai. Si vous êtes dans la région, venez profiter de nos dégustations commentées le 14 mai à la Maison de thé lors du brunch équitable ! Pour les autres, inscrivez-vous à notre newsletter ou suivez-nous sur Facebook pour être les premiers informés !

Dégustation des nouveautés avec Binod Mohan, directeur de Tea Promoters of India.

Dégustation des nouveautés avec Binod Mohan, directeur de Tea Promoters of India.

 

Thés & Rooibos Militants

Régalez-vous d’un bon thé savoureusement parfumé et donnez un coup de pouce à un projet concret « Nature » en même temps ! Avec les Thés & Rooibos Militants, c’est simple : 1€ par tube acheté est reversé à l’une des associations coup de cœur sélectionnées par nos soins. Après le succès des 8 premières recettes et l’élection de l’une d’elles Meilleur produit bio de l’année 2016*, ce sont 10 nouvelles créations maison gourmandes et encore plus audacieuses qui s’invitent à l’heure du thé.

Un engagement simple et concret

A travers cette gamme, nous vous proposons d’agir avec nous, concrètement : par l’achat de chaque thé ou rooibos, vous participez au financement d’un projet concret, qui a du sens, porté par une association engagée dans la défense et la protection de la nature. En créant les recettes « maison » de ces thés et rooibos aromatisés, nous avons privilégié des assemblages de plantes, épices, fleurs et arômes originaux et audacieux, comme autant de clins d’œil aux spécificités de chaque association. C’est ainsi que vous retrouverez dans vos thés et rooibos du géranium, du romarin, de la moringa ou encore du marc de raisin !

Connaissez-vous ces associations ? Petit aperçu de qui elles sont…

Photo-kokopelliKokopelli 

Kokopelli milite activement depuis 1999 pour l’autonomie semencière et contre la brevetisation du vivant. Depuis les premiers salons bio, soutien, entraide et amitié nous lient aux membres de l’association. Grâce à la campagne « Semences sans frontières« , de nombreux paysans dans le monde entier ainsi que certains de nos producteurs et leurs familles (Afrique du Sud – Inde – Vietnam) ont pu bénéficier de semences potagères et diversifier leurs ressources alimentaires. Aujourd’hui, les demandes de semences sont telles que Kokopelli a du mal à y faire face. Par l’achat de Rêve éveillé de Gaïa, Le joueur de flûte, Parfum de résistance et le Chant de la Terre, vous permettez l’envoi de centaines de kilos de semences supplémentaires aux communautés rurales les plus démunies.

https://kokopelli-semences.fr/?lang=fr-fr

Amanins-blogLes Amanins

Sous l’impulsion de Pierre Rabhi, le centre agro-écologique des Amanins est depuis 2003 un lieu de vie et de transmission des savoirs qui propose des alternatives aux enjeux de notre humanité. Déjà adhérents au Mouvement des Colibris, c’est suite à la rencontre d’Arlette avec Michel Valentin, le fondateur, lors d’un regroupement d’éco-employeurs, que la similitude de nos sensibilités et valeurs nous ont donné envie de créer Le songe du colibri, Hymne à la Terre et Douce humanité. Trois thés et rooibos grâce auxquels l’école du colibri née en 2006 accompagne 35 enfants de classe primaire dans leur apprentissage de la coopération.

http://www.lesamanins.com/

courlis_cendre_lpo-blogLigue pour la Protection des Oiseaux Alsace

Forte de 45 000 membres, la LPO est une des premières associations de protection de la nature en France. Notre entreprise étant située dans une zone humide particulièrement sensible en Centre Alsace, nous avons choisi de nous associer à eux à travers une recette de thé vert qui sert à protéger le courlis cendré, oiseau emblématique de la région. Ce thé se nomme Oiseau lune et a tellement plu qu’il a été élu Meilleur produit bio de l’année 2016 avec ses saveurs de fleurs de sureau et de poire ! En 2015, nous sommes également devenus refuge LPO et plusieurs oiseaux viennent nicher dans nos jardins.

http://alsace.lpo.fr/

PRES DE 40 000 € EN PLUS DE 2 ANS !

C’est la somme qui a été reversée à ces 3 premières associations depuis la création de la gamme en 2013. Grâce à vous, les projets des 4 suivantes connaîtront un succès encore plus important 🙂

abeilles_mabd-blogLes Amis de la biodynamie

Défendre et promouvoir une culture vivante, respectueuse des rythmes naturels et vivifiante pour les sols : ainsi pourrait être résumée en quelques mots l’ambition de l’association des Amis de la biodynamie. Depuis de nombreuses années, nous encourageons les producteurs à se tourner vers ce mode de culture, l’un des meilleurs à nos yeux, autant pour la qualité nutritionnelle des produits que par leurs qualités gustatives et la pérennité qu’elle assure à notre terre. En créant Jardin sous la Lune et Entre ciel et terre pour eux, nous soutenons le projet biodynapis qui vise à installer des ruchers sur un maximum de fermes afin de protéger, développer et fortifier ces insectes indispensables.

www.bio-dynamie.org

maison-de-la-natureMaison de la Nature du Ried et de l’Alsace Centrale

Située à deux pas des Jardins de Gaïa, la Maison de la Nature du Ried et de l’Alsace centrale est l’héritière de l’engagement pris à la fin des années 60 par des naturalistes alsaciens de sensibiliser le public aux conséquences de l’intensification agricole en Alsace centrale. Aujourd’hui labellisée Centre d’initiation à la nature et à l’environnement, elle reste une actrice centrale de l’éducation à l’environnement auprès des petits et grands, professionnels ou non, sous des formes très variées. Sensibiliser les collégiens au gaspillage alimentaire est un enjeu essentiel face aux quantités démesurées gâchées chaque jour, et c’est ce projet que Régal des bateliers, Promenade sensorielle, Reines des prés soutiennent avec vous !

www.maisonnaturemutt.org

terre-de-liensTerre de liens

Terre de Liens porte des dynamiques citoyennes au centre desquelles convergent l’éducation populaire, l’agriculture biologique et biodynamique, la finance éthique, l’économie solidaire et le développement rural. Ses membres ont inventé de nouveaux outils de travail capables d’enrayer la disparition des terres et de faciliter l’accès au foncier agricole aux jeunes cherchant à s’installer pour développer une agriculture biologique et paysanne. Pour soutenir ce mouvement dynamique et cohérent, nous avons créé Un thé à la bergerie et Dans la main du semeur pour financer le projet d’installation de Marion et Vincent, deux jeunes agriculteurs qui vont continuer à faire vivre l’une des fermes biodynamiques pionnières en Alsace.

www.terredeliens.org

solan-blogLes Amis de Solan

L’Association des Amis de Solan est née de l’idée de Pierre Rabhi, son président, de faire du monastère de Solan un écosite expérimental. Le monastère habité par une poignée de « petites sœurs », comme les appelle Arlette, qui a eu un véritable coup de cœur lorsqu’elle les a rencontrées il y a quelques années, est depuis devenu une référence en agro-écologie. Les membres de l’association, aux parcours culturels et professionnels très variés, font la démonstration que des modes de développement aptes à préserver l’avenir sont possibles. En achetant Fruits de sagesse, Promesse de l’aurore et Sous les étoiles du monastère, vous participerez à la préservation des espèces endémiques du Valat de Solan, dont la très rare écrevisse à pattes blanches.

www.monasteredesolan.com/association.php

 

frise_recto

 

 

 

 

Primeurs du Darjeeling 2014 : belles surprises !

Les Thés Primeurs du Darjeeling, premières récoltes printanières, sont des thés produits en quantité infime et sélectionnés avec toutes les attentions. Les premières gouttes de pluie tant attendues ont marqué le début d’une récolte 2014 encore plus savoureuse qu’escompté !

Forts de notre expertise et des liens durables que nous avons tissés avec des petits producteurs dans cette région, nous développons des crus gourmets, exceptionnels, pour lesquels nous sommes reconnus aujourd’hui au niveau national et international. Vous vous souvenez peut-être des récompenses que nous avions eu l’année dernière ? 

Récompensé l’année passée

En 2013, en effet, notre Primeur du jardin de petits producteurs de Mineral Springs, le Mineral Springs FTGFOP1 FF Top Quality, avait été récompensée de la note maximale de 3 étoiles lors des « Great Taste Awards » en Angleterre.
Une reconnaissance qui venait confirmer le fait que des thés bio, équitables et de petits producteurs pouvaient s’élever au rang de grands crus de jardins réputés…

Cette récolte 2014 : très prometteuse !

Cueillette à Seeyok - Darjeeling

Cueillette à Seeyok – Darjeeling

Les derniers mois, plutôt secs au Nord-est de l’Inde, ont laissé le temps aux théiers de s’épanouir en toute tranquillité et aux jeunes pousses de se gorger d’huiles essentielles. Superbement concentrées en arômes frais et floraux typiques des primeurs du Darjeeling, les récoltes 2014 offrent des bouquets aromatiques complexes, incomparables, qui, nous l’espérons, raviront autant vos papilles exercées que les nôtres !

Nos « coup de cœur »

SINGELL FTGFOP1 FF Top Quality : Cette cueillette printanière 2014 est douce et relevée de notes végétales très présentes avec une pointe remarquable d’asperges verte. Succulent !

TEESTA FTGFOP1 FF Top Quality : Sa tasse dorée est, cette année, extrêmement concentrée en saveurs fleuries, intenses, dominées par une note d’orchidée. Délicieux !

La « série limitée »

Spécialement réalisée pour nous, à la main, par les producteurs de Samabeong et de Singell, cette petite série est l’occasion de partager avec vous le fruit de toutes les attentions…

Himalayan Secret : Cueillette d’exception aux notes fruitées de mangue fraîche très présentes en fin de bouche. Un cru 2014 goûteux et savoureux !

Spring Blossom : Des feuilles et bourgeons très verts, duvetés, légèrement torsadés. Des notes épicées, fruitées et sucrées évoquant la noix de muscade qui enveloppent le palais d’une fine saveur d’orgeat. Superbe surprise !

Tara’s Offering : Des arômes amples, emblématiques des meilleures récoltes du Darjeeling, riches, frais et fleuris, marqués d’une belle maturité. Une tasse dorée lumineuse. Un cru délicat et délicieux !

produits primeurs 2014

Rooibos 2014, récolte en images

Notre lien avec l’Afrique du Sud pourrait se résumer en quelques simples mots : un véritable coup de cœur ! Pour le rooibos, cette boisson rouge et suave, mais aussi pour les producteurs des coopératives de Wupperthal et d’Heiveld, qui le cultivent et le transforment avec amour. Au fil de nos voyages, nous avons aussi découvert la douceur du honeybush, autre plante endémique au délicieux goût de miel…

Ces dernières années, Christine Nachmann, amie des Jardins de Gaïa et photographe,  nous accompagne régulièrement en janvier, lors de la récolte et c’est à elle que nous devons ces beaux clichés.

Il fait beau et chaud, la récolte du rooibos vient de débuter ! Découvrez-là jour après jour !

J 1: le rooibos est mûr, la récolte peut débuter !

Notre périple sud-africain démarre à Wupperthal, 1ère coopérative avec laquelle nous avons travaillé et travaillons encore.

Au petit matin, les fauçilles s’activent avant que le soleil ne soit trop fort

Au petit matin, les fauçilles s’activent avant que le soleil ne soit trop fort

Arlette (fondatrice des Jardins de Gaïa à G.), Aurélie (responsable export) et Barend (responsable de la coopérative) posent avec les premiers ballots de rooibos. La saison s’annonce excellente !

Arlette (fondatrice des Jardins de Gaïa à G.), Aurélie (responsable export) et Barend (responsable de la coopérative) posent avec les premiers ballots de rooibos. La saison s’annonce excellente !

La journée se termine et nous reprenons la route. Au détour de la piste, un nuage de poussière et de sable s’élève : un groupe de danseurs khoisan est en pleine répétition. La tentation est trop grande et nous nous joignons au groupe !

La journée se termine et nous reprenons la route. Au détour de la piste, un nuage de poussière et de sable s’élève : un groupe de danseurs khoisan est en pleine répétition. La tentation est trop grande et nous nous joignons au groupe !

J 2: retour à la coopérative, partage des nouvelles

Les activités dans les champs et dans la cour à thé sont terminées pour aujourd’hui et nous nous retrouvons avec une quinzaine de membres de la coopérative pour un point informel sur la coopérative.

Aurélie saisit l’occasion de féliciter toute l'équipe pour l’excellent rooibos qu’elle fabrique et qui a reçu une belle récompense en Angleterre cette année !

Aurélie saisit l’occasion de féliciter toute l’équipe pour l’excellent rooibos qu’elle fabrique et qui a reçu une belle récompense en Angleterre cette année ! (voir post Great Taste Awards)

Le paquet d’Elixir des petits lutins circule et les parfums de fraise et vanille suscitent bien des sourires. Toutes et tous sont fiers de leur travail !

Le paquet d’Elixir des petits lutins circule et les parfums de fraise et vanille suscitent bien des sourires. Toutes et tous sont fiers de leur travail !

J 3: arrivée à Heiveld, autre coopérative de rooibos d’Afrique du Sud.

Notre voyage continue. A 2h30 de route au nord de Wupperthal se trouve la 2nde coopérative de petits producteurs que nous soutenons : la coopérative d’Heiveld. Celle-ci, dynamique et bien organisée, est située sur le plateau du Suid Bokkeveld, région réputée pour ses fleurs sauvages rares. les membres ont su mettre à profit cette beauté pour développer de nombreuses activités. (voir le post consacré à Tempest, une des pionnières de la coopérative)

L’équipe de cueilleurs salariés est à pied d’œuvre sous un soleil de plomb. Nous renforçons leurs effectifs pour quelques heures de cueillette…au prix de quelques coups de soleil !

L’équipe de cueilleurs salariés est à pied d’œuvre sous un soleil de plomb. Nous renforçons leurs effectifs pour quelques heures de cueillette…au prix de quelques coups de soleil !

Sport non homologué aux JO, le lancer de ballots de rooibos !

Sport non homologué aux JO, le lancer de ballots de rooibos !

J 7: visite à la coopérative d’Ericaville, fief du honeybush

Notre Honeybush, autre plante emblématique du Fynbos est cultivé par la coopérative de petits producteurs d’Ericaville. Ils cultivent et transforment avec Amour cette plante au bon goût de miel utilisée par la population sud-africaine pour ses nombreux bienfaits santé!

Un groupe de femmes est occupé au désherbage manuel des pieds de honeybush.

Un groupe de femmes est occupé au désherbage manuel des pieds de honeybush.

Soucieux d’améliorer la production de la coopérative, une nouvelle variété de honeybush a été plantée en avril à titre de test.

Soucieux d’améliorer la production de la coopérative, une nouvelle variété de honeybush a été plantée en avril à titre de test.

Arlette échange les nouvelles avec Martin et Tia, tous les deux membres actifs de la coopérative.

Arlette échange les nouvelles avec Martin et Tia, tous les deux membres actifs de la coopérative.

 Ce voyage en Afrique du Sud s’achève en laissant en nous une grande confiance en l’Etre humain et sa capacité à trouver des ressources en lui pour avancer. Comme Nelson Mandela, qui a rendu possible son rêve, les petits producteurs de Wupperthal, d’Heiveld et d’Ericaville ont su donner vie à leur projet et nous ne pouvons que constater avec joie, récolte après récolte, l’amélioration du fruit de la Terre qu’ils en tirent. Gardez l’œil ouvert, nous vous tiendrons bien sûr informés de la prochaine disponibilité de la récolte 😉

Pu’er : tradition, saveurs et bienfaits

Thé de traditions séculaires, endémique de Chine et connu par la pharmacopée pour ses nombreux bienfaits, le pu’er est un allié idéal après les fêtes et les quelques excès ! C’est sous le règne des empereurs Mandchous (618-907) que les peuplades nomades du Yunnan produisirent les premiers pu’er. Aujourd’hui, ceux des Jardins de Gaïa sont toujours fabriqués dans cette région de Chine.

carte de Chine-Yunnan

Situation géographique du Yunnan en Chine.

Le pu’er, thé singulier au parfum de sous-bois et de terre humide, au goût légèrement sucré, est prisé des amateurs. Il est le seul thé qui se bonifie avec le temps : les meilleurs crus sont référencés par millésimes, les plus anciens, sujets à des ventes aux enchères.

Aux frontières de la Birmanie, du Laos et du Vietnam, dans région du Yunnan, se situe la ville de Pu’er qui a donné son nom au thé éponyme. Nos pu’er, fidèles à leurs origines, y sont toujours fabriqués. Les feuilles sont cueillies par des minorités ethniques, au cœur de la forêt vierge sur des arbres originels qui ont, pour certains, 1500 ans. Dans ces arbres hauts de 8 m parfois, les petites feuilles regorgent naturellement de saveurs accrues. 

Pour en savoir plus sur les producteurs de Pu’er

Un thé « post-fermenté »

Ce thé « sombre » de Chine subit une « post-fermentation ». A l’origine, tous les pu’er sont à base de thés verts, c’est-à-dire non fermentés. On distingue par la suite deux types de fabrication :

• La fabrication originelle : La cueillette s’opère pendant les mois chauds. Les feuilles fraîches de thés verts sont flétries et séchées au soleil (ce thé vert séché est appelé « sai chin »). Ces feuilles sont ensuite stockées sur des claies, dans des caves, durant la saison humide. Chargées d’humidité, elles vont s’oxyder et fermenter naturellement. Dans des conditions optimales de stockage, cette oxydation perdure et continue dans le temps pour donner des thés toujours meilleurs.

• La fabrication accélérée : identique à celle d’origine, le producteur provoque de plus une post ou double fermentation afin de pouvoir consommer le thé plus rapidement. Les feuilles sont disposées en tas épais entre 4 et 6 mois, à température et degré d’humidité constants. Les feuilles sont ensuite triées suivant leur grade, laissées en vrac ou compressées en forme de nids, de briques, de galettes…

Ces formes compressées traditionnelles, utilisées à l’origine pour pouvoir transporter et conserver le thé, sont encore fabriquées aujourd’hui.

Après la cueillette et le séchage au soleil, le pu'er est façonné sous diverses formes ou laissé en feuilles, puis séché en milieu humide durant plusieurs mois.

Après la cueillette et le séchage au soleil, le pu’er est façonné sous diverses formes ou laissé en feuilles, puis séché en milieu humide durant plusieurs mois.

Le pu’er et la santé

La richesse, la qualité des feuilles récoltées sur les théiers anciens et la fabrication très spécifique donnent au pu’er son goût incomparable et ses vertus.

D’après la médecine chinoise, les bienfaits du pu’er agiraient sur les méridiens du foie et de l’estomac en cas d’excès de consommation de viandes et d’alcool. Le pu’er aurait également une action bénéfique sur les troubles digestifs et faciliterait le transit intestinal. Il contribuerait à réduire les taux de cholestérol et d’acides gras saturés. En cas de cure d’amincissement, le pu’er a la réputation d’être un «mangeur de graisses». Il sera un allié précieux en complément d’un régime alimentaire approprié, c’est pourquoi nous vous le proposons dans notre sélection Détox !

Comment préparer un pu’er ?

La préparation traditionnelle du pu’er se réalise en Gong Fu Cha (un post y sera consacré prochainement). Plusieurs infusions à l’eau bouillante, des feuilles préalablement lavées, sont ainsi possible. Cependant, vous pouvez également le réaliser chez vous, dans une théière classique.

Nouveauté !

pu'er-maiden-avec-matièreNous avons réceptionné il y a quelques jours à peine un nouveau pu’er, baptisé Pu’er Maiden. Les légendes disent que ce grade de thé, très prisé, récolté par de jeunes filles, constituait une partie de leur dot… Une merveilleuse entrée en matière pour allier saveur et santé !

Bio, équitables et primés !

Cette année 2013, sur 10 000 produits présentés et évalués en Angleterre lors des « GREAT TASTE AWARDS », à l’aveugle et par de fins connaisseurs, seuls 125 ont été récompensés de 3 étoiles.

Le primeur de la coopérative de petits producteurs du Darjeeling, le Mineral Springs FTGFOP1 FF, a été, lui, le seul thé d’origine à obtenir cette note maximale !

Trois autres de nos thés vendus en Angleterre via notre distributeur Equalitea – With the fairies (Elixir des petits lutins), Tra To Quy oolong, Bollywood Flush – ont également été primés. Une belle reconnaissance ! D’autant plus si l’on sait que ce prix est LA référence au Royaume-Uni, décrite comme les « Oscars » du monde de l’alimentation.

Notre primeur du Darjeeling s’était déjà vu décerner le 1er prix en 2009 par le Club des Buveurs de Thé / Bretagne Pays de la Loire, club qui a élu cette année à nouveau un de nos thés, le Grand Keemun FOP.

Ces reconnaissances viennent renforcer notre conviction que des thés bio, équitables et de petits producteurs sont de qualité supérieure et peuvent s’élever au rang de grands crus de jardins réputés …

Et vous, si vous deviez faire un choix parmi nos thés, lequel éliriez-vous ?

Nos thés primés par de jurys !

 

Maté – Comment faire ? – # 3

Allié de choix pour faire le plein d’énergie en ce changement de saison, le maté, boisson emblématique de la culture latino-américaine, est un concentré de vitamines et d’oligo-éléments issu d’une variété de houx. Traditionnellement partagé entre amis ou en famille, on le boit dans un « maté », calebasse, à l’aide d’une « bombilla », pipette en fer.

Les accessoires : *un maté, *une bombilla, *une bouilloire d’un litre eau chaude

prépa maté, -materielRemplir un « pot à maté » aux ¾ de maté et y insérer la pipette « bombilla ». Une fois installée, la pipette reste en place.

Faire chauffer 1 l. d’eau sans la faire bouillir (80-85°c) pour que les arômes soient préservés lors de l’infusion.

 

 

 

versement eau matéEn attendant que l’eau soit à bonne température, hydrater le maté en versant régulièrement un peu d’eau tiède. Les feuilles vont gonfler au fur et à mesure.

Verser l’eau chaude autour de la pipette 

pour que l’eau mouille progressivement le maté et déguster à l’aide de la pipette, puis remplir à nouveau le pot à maté.

 

 

maté prêtTraditionnellement, la personne qui le prépare prend soin de remplir et faire passer le maté de main en main à ses convives, chacun buvant dans le même récipient, avec la même bombilla. Préparé de la sorte, le même maté peut ainsi servir pour une contenance d’1 l. d’eau chaude.

Au fur et à mesure des infusions, l’amertume primaire laisse place à des saveurs plus douces.

 

 

Le maté est connu pour ses propriétés stimulantes sans être excitant. Il contient de la caféine, mais liée à la composante chimique de la plante, celle-ci agit de façon douce, lente et plus constante que celle du café. Boire du maté ne conduit en général ni à l’insomnie, ni à l’anxiété ou à l’excitation. Elle sera une alliée précieuse lors d’un régime amincissant.

Consommé chaud plusieurs fois par jour en Argentine ou au Chili, le maté est préféré froid en été au Paraguay et dans le nord de l’Argentine. Mélangé à un jus de fruit frais, à des plantes aromatiques, ou encore aromatisé de fruits rouges, le maté est une base idéale pour des boissons originales !

Besoin d’idées pour vos boissons saines et délicieuses ?

 

Au jardin de Selimbong

Notre périple au Darjeeling nous mène dans les 160 hectares du jardin de thé de Selimbong, situé à seulement 25 km de Tiger Hill, où les nombreux amateurs viennent admirer les majestueux levers de soleil sur l’impassible mont Everest…

Sérénité et savoir-faire

Dans l’un des rares jardins du Darjeeling à être certifié en biodynamie, l’ambiance est presque mystique. La vie bat son plein, le rythme est dicté par la nature, la beauté et la gaieté des soixante cueilleuses vous saisissent. Une multitude d’oiseaux, les singuliers Pangolins – une espèce de fourmiliers protégée – et de nombreuses autres espèces ont élu domicile dans ce territoire riche en nourriture et en abris.

Ce jardin est l’un des plus anciens du Darjeeling, puisqu’une plantation existait déjà en 1860. Depuis 1997, le TPI (Tea Promoters of India) soutient la coopérative de 495 salariés en achetant les feuilles produites et récoltées par les paysans, puis en les exportant. Ainsi, les producteurs bénéficient des garanties et avantages liés à leur statut de salariés. Labellisés par Demeter, l’organisme de certification de l’agriculture biodynamique, ainsi que pour le commerce équitable, ces producteurs au savoir-faire riche vivent au rythme d’une conception de l’agriculture très proche de la Nature.

Dans le jardin de Selimbong, les cueilleuses s'affairent.

Dans le jardin de Selimbong, les cueilleuses s’affairent.

Biodynamie, des principes simples

Les thés de Selimbong sont reconnus pour leur qualité exceptionnelle, et des connaisseurs du monde entier attendent impatiemment leurs fameuses récoltes d’été au goût de muscat. Ce jardin a d’ailleurs gagné le prestigieux prix « Tea Board of India Award for Quality ». La clef de ce succès ? Quelques principes simples mais précis :

  • * La diversité écologique est recherchée dans le paysage,
  • * La qualité des cultures est améliorée en utilisant des préparations biodynamiques à base d’herbes locales,
  • * Un calendrier lunaire est utilisé pour déterminer les meilleurs moments pour planter, cultiver et récolter.

 

Toujours à la recherche de nouvelles spécialités, les producteurs de Selimbong nous surprennent très agréablement par les essais qu’ils réalisent !

Des gestes précis, de la patience et du plaisir au travail !Du plaisir à cueillir...
Des gestes précis, de la patience et du plaisir au travail !

Grâce à la prime, des avancées pour les enfants

Les bonnes conditions de travail assurent elles aussi des productions plus soignées. Lorsqu’un groupe de travailleurs est certifié pour le commerce équitable par l’organisme FLO, il crée un « joint body », comité de représentants des travailleurs et des employeurs, chargé d’utiliser à bon escient la prime du commerce équitable.

Grâce à cette prime, des installations pour améliorer l’irrigation ont pu être installées dans ce jardin où l’eau manque. Ces dernières années, à Selimbong, elle a aussi servi à créer un local de réunion pour les mères et leurs enfants faisant office de pouponnière, lieu de réunion, et venant s’ajouter à la maternité existante. Des activités sportives et culturelles sont également proposées afin d’améliorer l’harmonie au sein des habitants du jardin.

 

Respect, bien-être et savoir-faire, une harmonie nécessaire, confirmée par Chandra Deo Gurung, le responsable de l’usine de Selimbong : « Tout est affaire de précision pour obtenir un thé parfait : « Faire un excellent Darjeeling, c’est comme produire un excellent Champagne chez vous ! » « 

Thé blanc en Zhong – Comment faire ? – # 2

Ses saveurs délicates, ses qualités rafraîchissantes et sa faible teneur en théine font du thé blanc un thé particulièrement apprécié en Chine lors des fortes chaleurs. L’accessoire utilisé ci-dessous est le Zhong. Utilisé depuis la dynastie Ming (de 1368 à 1644), cette petite tasse à couvercle est idéale pour la dégustation des thés délicats blancs, verts ou oolong, afin de concentrer les saveurs et de découvrir à chaque infusion de nouvelles nuances.

Les accessoires :

*une bouilloire d’eau chaude *un bateau *un zhong *un pot à thé rempli d’eau froide *un pot à thé et des petites tasses qui serviront au service si vous êtes plusieurs à déguster

Les accessoires de la préparation du thé en Zhong

 

Rincez le Zhong à l’eau chaude, afin de le réchauffer, et symboliquement, comme dans tous les rituels attachés au thé, de purifier le contenant qui va l’accueillir.
Placez-y 1 c. à thé bien généreuse de feuilles de thé. En général, plus il y a de feuilles, plus les infusions successives devront être de courte durée.

 

 

etape-1

De l’eau à bonne température :

Hydratez rapidement les feuilles, tout en veillant à vider complètement l’eau afin que l’infusion ne se poursuive pas.
Versez l’eau à bonne température (indiquée sur chacun de nos sachets).

Astuce ! Il est parfois difficile d’obtenir la température adéquate. Si l’eau est bouillante, couvrez au préalable les feuilles d’eau froide afin de ne pas les brûler et d’obtenir une température adaptée.

 

etape-2

Des parfums volatiles :

Remuez légèrement les feuilles avec le couvercle, afin que toutes soient bien imprégnées d’eau. Laissez infuser 4 minutes.

Tout en retenant les feuilles avec le couvercle du Zhong, versez la liqueur dans une tasse ou dans un petit pot de réserve appelé Cha Hai. Certains parfums des plus subtils étant très volatiles, on peut sentir dans le couvercle le parfum qui se dégage de l’infusion.

 

 

etape-4

Votre thé blanc est prêt à être dégusté et apprécié !

Préparé de cette manière, il révélera toute la subtilité de ses saveurs. En le laissant infuser la première fois 4 minutes, comme indiqué ci-dessous, vous pourrez infuser une deuxième et troisième fois ces mêmes feuilles. En s’ouvrant progressivement et complètement, les feuilles vous livreront toute l’étendue de leurs parfums.

Bonne dégustation ! 

 

Pour tous les thés, une règle d’or : plus le contenant dans lequel est réalisée l’infusion est petit, plus la diversité et la qualité des saveurs se développeront ! A titre indicatif, nous avons utilisé pour cette dégustation le thé blanc chinois Yu Guang Bai Yunnan. Faites votre expérience et partagez-nous vos impressions !

 

 

Subarna Small Tea Farmers

En ce mois du juillet, nos pas nous mènent chez les petits producteurs de Subarna Small Tea Farmers, dans le Darjeeling. Moins de 100 paysans se sont regroupés dans cette coopérative qui transforme ses feuilles de Camellia Sinensis dans l’usine de Samabeong, jardin de thé le plus proche. Une petite production, dont la totalité n’atteint pas les 100 hectares, mais de grande qualité, dont la récolte de printemps rare et sublime est arrivée au début du mois de mai !

Le président de la coopérative de Subarna regardant le catalogue des Jardins de Gaïa.

Le président de la coopérative de Subarna regardant le catalogue des Jardins de Gaïa.

Un charme unique

Hauts perchés, les 9 hameaux de producteurs de la coopérative de Subarna côtoient les cieux. Dans cet environnement au charme unique, le calme est un instant interrompu par l’envol d’une huppe fasciée. Autour des plants de thé s’épanouissent cardamome commune, millet, gingembre, maïs et piments mais aussi moutarde, dont les feuilles sont cuisinées comme des légumes. Quelques rizières apparaissent de-ci de-là, un peu plus loin une forêt de bambou s’élève…

Sur ces hauteurs, de belles avancées à encourager

Ce décor dans lequel vivent et travaillent les producteurs de Subarna contraste pourtant avec la pauvreté qui est la leur. Depuis 1997, Tea Promoters of India les soutient en achetant, fabriquant et vendant leurs feuilles de thé et depuis 2008, ils se sont inscrits dans une démarche de commerce équitable. Ainsi, les conditions de vie des producteurs et de leurs familles ne cessent de s’améliorer et les nouveaux membres de se présenter. Ces dernières années, avec la prime du commerce équitable, ils ont pu bénéficier de formations sur la pratique de l’agriculture biologique, et créer une pépinière dans laquelle ils font grandir de nouveaux plants de thé. Tout en agissant en accord avec la biodiversité propre à leur environnement, ils produisent ainsi chaque année des thés de plus haute qualité.

Visite de Subarna en images…

Théiers et forêt primaire se mêlent autour de la ferme.

Théiers et forêt primaire se mêlent autour de la ferme.

A l'arrivée dans la brume, Arlette est invitée à couper le ruban de bienvenue !

A l’arrivée dans la brume, Arlette est invitée à couper le ruban de bienvenue !

Avec les producteurs, une dégustation de Masala Tchaï maison s'impose.

Avec les producteurs, une dégustation de Masala Tchaï maison s’impose…

Les familles nous avaient preparé leurs spécialités : momos, dhal et beignets... délicieux !

Les familles nous avaient préparé leurs spécialités : momos, dhal et beignets… délicieux !

Lors de notre visite l’année dernière, de nombreux producteurs étaient présents pour nous accueillir et échanger sur notre partenariat. Ces rencontres régulières sur le terrain font partie des fondements des Jardins de Gaïa, mais ils constituent aussi une garantie pour vous comme pour nous, de la qualité des thés que vous dégustez !