home_visu

Archives par catégorie > 2015

Toutes nos archives de 2015

Chocolat Poivre, café et Cie

Ajouter du poivre dans vos desserts chocolatés ne vous est jamais venu à l’idée ? Une astuce de chef qui revisite complètement tous nos classiques, surtout quand le poivre en question est en réalité un mélange Poivre, café & Cie nommé « Sur la route » ! Chef Luc a créé pour Terra Madre cette recette originale de Chocolat poivre et café qui s’accompagnera à merveille d’un thé bleu-vert wu long floral et expressif tel qu’un Trà To Quy ou un Tie Guan Yin

chocolat poivre et café

INGRÉDIENTS pour la ganache :

– 250 g de lait
– 250 g de crème entière liquide
– 100 g de jaunes d’oeufs
– 50 g de sucre
– 225 g de chocolat noir 70%
– 50 g de chocolat au lait 41% de cacao
– 10 g de mélange Poivre, café & Cie Terra Madre

INGRÉDIENTS pour la sauce café :

– 100 g de café concassé
– 100 g de sucre
– 200 g d’eau

Préparation de la ganache au Poivre, café & Cie :

1. Portez le lait et la crème à ébullition.
2. Ajoutez le mélange « Sur la route » Poivre, café & Cie concassé et laissez infuser 1 heure.
3. Passez au chinois et réalisez une crème anglaise avec les jaunes.
4. Versez sur le chocolat haché. Lissez et laissez refroidir 4 heures.

Préparation de la sauce café :

1. Faite cuire le café concassé avec le sucre et l’eau. Stoppez la cuisson à 108°C.
2. Laissez infuser une heure, filtrez et réservez au frais.
Dressez suivant votre inspiration…

Contact : www.chefluc.com

Biscuits aux amandes, cœur soufflé au chocolat et aux épices

Comme chaque année, les grandes résolutions nous font clamer haut et fort que cette année, pendant les fêtes, on fera attention, et comme chaque année, nous savons d’avance que nous succomberons à la douce euphorie du pêché de la gourmandise… Si déjà, autant se faire plaisir et craquer sur des petites choses faites maison avec de bons produits qu’en dites-vous ? De notre côté, nous suivrons les yeux fermés la recette de Sophie, notre conseillère commerciale ! Biscuits aux amandes, cœur soufflé au chocolat et aux épices Terra Madre : rien que le nom et les jolies photos nous ont séduits…

biscuit aux amandes

Ingrédients :

Pour la pâte :
200 g de farine
75 g de beurre ramolli
50 g de purée d’amandes
70 g de sucre glace
2 jaunes d’œufs
1 pincée de sel

Pour le cœur des biscuits :
1 blanc d’œuf
50 g de sucre glace
20 g de chocolat râpé
30 g d’amandes en poudre
2 cuillères à café de mélange d’épices de Noël Terra Madre

Préparation:

Pour la pâte :
Mélangez la farine tamisée avec le sel et le sucre glace.
Ajoutez les jaunes d’œufs, le beurre ramolli et la purée d’amandes.
Mélangez la pâte à la main (mouillez avec un peu de lait si nécessaire).
Formez boule et laissez reposer une heure au frais.

Allumez le four à 210°C.
Étalez la pâte sur 3 mm d’épaisseur. Découpez à l’emporte pièce et déposez sur une tôle recouverte de papier sulfurisé.

Pour le cœur des biscuits :
Battez le blanc d’œuf en neige.
Incorporez le sucre glace, le chocolat râpé, la poudre d’amandes et les épices.
Versez la préparation dans une poche à douille, et déposez là en dôme au centre des biscuits.

Faites cuire 12 à 15 minutes. Laissez refroidir.

Epices-de-Noel

 

Pour un accord mets et thé parfait, sachez que ces délicieux biscuits se marieront à merveille lors d’un tea-time entre amis avec un Kukicha sud-coréen, et pour un goûter avec les minots avec un Honeybush, sans théine et naturellement sucré !

Pommes au four et crumble matcha-pécan (sans gluten)

L’Avent a commencé, le compte à rebours des fêtes est lancé et vous vous préparez à essayer de nouveaux desserts pour régaler vos convives ? Cette recette est faite pour vous ! Des fruits de saison, du goût, de bons produits et une pointe d’originalité, rien de tel qu’un crumble revisité pour satisfaire le palais des petits et grands en dessert comme au goûter !

visu-crumble-pomme-okPréparation : environ 15 minutes, cuisson : 40 minutes

 Ingrédients pour 2 portions :

  •  2 pommes
  •  30 g de beurre mou
  •  2 c. à s. de sucre de canne non raffiné
  •  50 g d’amandes en poudre
  •  1 1/2 c.c. de Matcha pour la cuisine
  •  50 g de noix de pécan grossièrement hachées
  •  20 g d’amandes effilées
  •  1 pincée de sel
  •  glace à la vanille pour servir

 

Préparation :

  1. Préchauffez le four à 200 °C. Tapissez un petit plat à four avec du papier sulfurisé.
  2. Lavez bien les pommes, essuyez-les et coupez le quart supérieur pour obtenir un chapeau.
  3. Évidez les pommes à l’aide d’un couteau ou d’une petite cuillère.
  4. Dans un saladier, mélangez le sucre, les amandes en poudre, le matcha, les noix de pécan hachées, les amandes effilées et le sel. Ajoutez le beurre et malaxez rapidement tous les ingrédients avec une fourchette ou avec les mains jusqu’à obtenir une pâte sableuse.
  5. Matcha cuisine 50gRemplissez les pommes avec le mélange de crumble, posez les pommes dans le plat et faites cuire environ 20 minutes. Couvrez les pommes avec leur chapeau et faites cuire au four 20 minutes supplémentaires.

Servez le dessert encore chaud ou tiède, accompagné d’une boule de glace à la vanille et régalez-vous !

 

Nos thés : quel impact sur l’environnement ?

A l’heure des discussions internationales sur l’urgence de changer nos modes de fonctionnement pour la planète et ses occupants, faisons le point sur la cohérence de tout ceci et repartons de la base, à savoir : l’agriculture. Vous savez que les thés et tisanes que nous vous proposons sont bio, issus d’un commerce équitable et de petits producteurs. Mais tout de même, qui dit thé, dit produit exotique, venant de loin et gourmand en énergie… Interview de notre responsable filières et produits, Cassandre Maury.

-Tea-landscape-near-PDS-Comment les Jardins de Gaïa s’engagent-ils pour l’environnement ?

Cassandre Maury : Les thés et tisanes des Jardins de Gaïa sont tous bio, et ce, depuis bien avant que le bio ne devienne un sujet à la mode. Proposer des produits bio, biodynamiques, issus de petits producteurs est une évidence pour nous. Aujourd’hui, à l’heure de la COP21, sachant que les produits chimiques utilisés en agriculture sont parmi les plus « réchauffants » (notamment le protoxyde d’azote, qui l’est 300 x plus que le CO2), il est urgent de mettre l’agriculture au centre de nos préoccupations !

En effet, on parle beaucoup aujourd’hui de réduire les emballages, limiter les déchets, etc. Mais en réalité, le fond de la question, quelque peu absent à mon sens dans les négociations en cours, réside dans le type d’agriculture que l’on défend. Aux Jardins de Gaïa, nous sommes convaincus que l’agriculture familiale, de plus en agriculture biologique, ou mieux encore biodynamique, est une solution massive et efficace au problème du réchauffement climatique. En plus, c’est une vraie solution économique pour tous les paysans du monde. Nos thés sont issus de cette agriculture, et ceci représente à nos yeux un gage de qualité indéniable, d’un point de vue environnemental bien sûr, mais aussi gustatif.

Vous voulez aller plus loin ?

vidéo-GSCDes thés bio, c’est une chose, mais cela reste un produit qui vient de l’autre côté de la planète ! Comment faites-vous ?

C.M. : En effet, l’acheminement des thés des différents pays jusqu’à chez nous est un enjeu important. Depuis 2 ans, nous travaillons avec un transporteur engagé dans la réduction des émissions de carbone : Green Supply Chain (GSC). Nos thés arrivent par bateau jusqu’à Anvers ou Rotterdam, puis ils sont chargés sur barges (péniches) jusqu’à Strasbourg. Ce n’est que sur la dernière portion d’une cinquantaine de kilomètres qu’ils circulent par la route. Depuis la mise en place de ce nouveau fonctionnement, c’est 20% de CO2 en moins que nous avons émis.

Pour avoir plus de détails, GSC consacrait un article à notre acheminement il y a quelques mois : http://www.greensupplychain.fr/etude-de-cas-supply-chain-du-the/.

certificat-compensation-carbone-JDG-GSC-okC’est moins de CO2, mais cela représente tout de même un coût énergétique important, non ?

C.M. : C’est certain que boire un thé, ici en France, alors qu’il est cultivé à l’autre bout du monde reste énergivore, c’est pourquoi nous avons fait le choix d’une compensation volontaire.  A la réception de chaque conteneur, un calcul des émissions de carbone est réalisé. C’est ensuite l’association Pur Projet qui a la charge d’accompagner les producteurs dans les projets de reforestation et/ou de préservation de forêts originelles. Depuis 2 ans, 100 arbres ont ainsi été plantés.

Vous parliez des emballages, qu’en est-il ?

C.M. : Pour rester cohérents, nous choisissons avec soin les emballages de nos thés : grands sacs kraft recyclables et/ou recyclés en interne pour le transport des matières premières, documents commerciaux et autres imprimés sur papier issu de forêts gérées durablement (FSC/PEFC), encres pour étiquettes sans solvants, fournisseurs européens, sachets recyclables. Les packagings nous servent aussi de support pour communiquer sur le commerce équitable, la bio, les origines, les projets soutenus, comme par exemple dans la gamme des Thés & Rooibos Militants, et bien sûr pour conseiller les consommateurs sur la préparation et la dégustation de leur thé !

Merci Cassandre !

cop-21Vous voulez aller plus loin dans la discussion?

Faites un tour sur notre site info, ou participez à la conférence gratuite au Grand Palais le samedi 5 décembre (demain), de 13h à 14h50 où nous interviendrons sur le thème : Découvrez les héros du changement climatique : la réponse du commerce équitable !

http://www.solutionscop21.org/fr/?event=decouvrez-les-heros-du-changement-climatique-la-reponse-du-commerce-equitable

 

Oiseau lune : meilleur produit bio de l’année 2016

Choisi par un jury de 100 consommateurs sélectionnés en fonction de leurs goûts, notre thé militant Oiseau lune vient d’être élu Meilleur produit bio de l’année 2016 avec la note de 17.82/20 ! 1ère place dans la catégorie thé, 4ème position sur la totalité des produits primés,  c’est une belle récompense et une garantie gustative que nous accueillons avec fierté ! Ce thé est déjà celui qui vous plait le plus dans notre gamme Thés & Rooibos Militants, et voilà que cette excellence vient d’être confirmée !

Délicieusement parfumé aux fleurs de sureau et à la poire, ce thé vert fait écho aux saveurs typiques d’Alsace, notre région. Son nom poétique évoque le courlis cendré, oiseau protégé par la Ligue pour la Protection des Oiseaux Alsace, pour qui la recette a été créée.

Oiseau lune finance un projet

Comme pour toute la gamme Thés & Rooibos Militants, chaque tube et sachet acheté permet de reverser respectivement 1 € ou 50 cts à l’association partenaire avec laquelle il a été créé pour financer un projet. C’est pour protéger le courlis cendré, oiseau emblématique d’Alsace, et son milieu naturel, que nous avons créé « Oiseau lune ». Parallèlement, nous sommes devenus refuge LPO et accueillons sur notre site les oiseaux de passage !

En 2 ans d’existence, 6 500 € ont déjà pu être reversés à la LPO !

Une gamme qui se développe

Forts du succès de la gamme Thés & Rooibos Militants et de l’accueil enthousiaste auprès de nos clients, quatre autres partenariats ont vu le jour. C’est bientôt 10 nouvelles recettes clin d’œil créées à partir de thés blancs, verts, noirs et de rooibos qui défendront l’idée de l’engagement et des saveurs. Gardez l’œil ouvert, ils seront bientôt en vente 😉

http://www.meilleurs-produits-bio.com/produit/10566/oiseau-lune-vert-aromatise

Territoires de commerce équitable

Ce 20 novembre, le Jury national de la campagne Territoires de Commerce Équitable a attribué le label « Territoire de Commerce Équitable » à la commune de Wittisheim – où se situent les Jardins de Gaïa – et à la ville et Eurométropole de Strasbourg. Cette reconnaissance nous touche particulièrement puisque nous avons travaillé de concert avec les élus à ce sujet.

La promotion du commerce équitable, dans notre ADN

Promouvoir le commerce équitable et au même titre, l’agriculture biologique, biodynamique ou le travail avec les petits producteurs fait partie de notre ADN depuis nos débuts en 1994 et se retrouve dans nombre de nos projets et initiatives dans les jardins de thé comme ici en France. Engagés au sein du Colecocol, nous avons apporté notre contribution à la sensibilisation des élus et responsables du projet à Strasbourg et nous sommes ravis que les choses avancent là aussi en faveur d’une consommation plus responsable en Alsace.

Cette labellisation qui signe le fait que ces deux communes s’engagent à mettre en place des initiatives nouvelles et innovantes pour soutenir une économie plus juste et solidaire est un nouveau pas !

En savoir plus sur nos engagements

 

"En lice pour le label "Territoire de commerce équitable"", Dernières Nouvelles d'Alsace, 1er février 2015.

« En lice pour le label « Territoire de commerce équitable » », Dernières Nouvelles d’Alsace, 1er février 2015.

 

Vous prendrez bien un Tchaï ?

L’invitation que l’on adore lorsque l’on sillonne l’Inde, que l’on soit en ville ou à la campagne ! En Inde, à tous les coins de rue, les Chaiwallah, marchands de thé ambulants dont vous trouvez ici quelques magnifiques portraits réalisés par Alexandre Sattler pour nous, préparent leur recette de tchaï, ce thé noir au lait sucré et épicé. Un plaisir que personne ne boude et que tous partagent, quelle que soit l’origine sociale. Retour sur un mélange d’épices de saison à décliner avec imagination.

JDG-Masala-pour-tchai-demeterDans la tradition ayurvédique indienne, le masala est exclusivement composé d’épices. Cannelle, gingembre, poivre noir, clous de girofle et cardamome pour être précis. Une association supposée éveiller les sens et réchauffer le corps tout en libérant l’esprit. C’est ainsi que nous avons choisi de vous le proposer dans le Masala pour tchaï, afin de laisser votre brin de folie s’exprimer pour le marier à souhait ! Mais en Inde, il est généralement infusé avec du thé. Noir de préférence et d’Assam, au goût suffisamment puissant pour que ses saveurs s’épanouissent harmonieusement avec les épices. Au Cachemire, on lui préfère pourtant un thé vert type gunpowder…

Aux Jardins de Gaïa, nous apprécions particulièrement la recette traditionnelle indienne, mais les variations que nous avons concoctées méritent à nos yeux une place toute trouvée lors des goûters et autres plats mijotés de cette fin d’année !

chai-wala-pour-gaia-textes-jaunesPréparation du tchaï (thé traditionnel indien)

Mettez 1 c. à s. de masala dans un litre d’eau froide (ou 2 c. à s. pour une infusion plus forte). Chauffez et laissez cuire à feu doux de 15 à 20 minutes. Filtrez et ajoutez 1/4 de litre de lait (de vache, de soja, de riz, d’amande…). Sucrez à votre convenance et faites chauffer un bref instant avant de servir.
Option : Avant de filtrer les épices, laissez infuser cinq minutes une c. à c. de thé noir ou de rooibos.

cahi-wala-pour-gaia-monsieur-serieuxPréparation du vin chaud (ou du jus de fruits chaud)

Mettez 1 c. à s. bien pleine de masala pour tchaï pour une bouteille de vin (75 cl) ou de jus de fruit (1 L). Chauffez à feu doux sans faire bouillir. Laissez infuser 15 minutes, filtrez et sucrez. Accommodez selon vos goûts d’anis étoilé, de citron, d’orange ou de vanille…

chai-wala-pour-gaia-sadhuVariantes à manger

Le masala pour tchaï est un mélange d’épices qui accompagnera à merveille vos plats de riz, de pâtes, la semoule, vos plats de viande en sauce ou encore les pots-au-feu. Il vous suffit de verser 1 c. à s. pleine dans une gaze ou un filtre flottant pour 1 litre d’eau. Bonne dégustation !

Et vous, comment préférez-vous le masala ? 

Merci à Alexandre Sattler pour ses clichés magnifiques, s’ils vous ont plu, découvrez vite l’intégralité de ses photos, vidéos et autres empreintes de ses rencontres autour du monde sur sa page Gaïa images !

Visite aux Galopins de Calcutta

image-arlette-sanjuArlette Rohmer, fondatrice des Jardins de Gaïa, est en voyage en Inde, où elle va régulièrement dans les jardins de thé pour goûter les dernières récoltes, prendre des nouvelles des producteurs, de leurs projets en cours, partager des centaines de tasses de thé et sélectionner les futurs thés indiens que vous dégusterez.

Avant de se rendre dans le Darjeeling au nord-est de cet immense pays, elle a fait escale à Calcutta, pour rendre visite à l’association des Galopins de Calcutta, dont nous sommes mécènes depuis plusieurs années maintenant.

 

Calcutta, 3ème ville d’Inde, compte plus de 15 millions d’habitants, dont 100 000 enfants dans les rues. Pour leur apporter un soutien quotidien et leur offrir un avenir autre que celui de la débrouille au jour le jour dans les rues de la ville ou les quais de la gare centrale, l’association des Galopins de Calcutta a été créée en 1999. Deux lieux de vie ont ouvert pour y accueillir des enfants et adolescents et mettre l’éducation de qualité au centre de leur vie.

L’occasion de prendre des nouvelles de Sanju, jeune homme de 18 ans que parraine Chloé, la fille d’Arlette. Une escale qui permet de rendre nos engagements auprès de l’association plus pertinents avant de poursuivre sa route vers le nord et les contreforts de l’Himalaya où s’épanouissent les plants de thé…

Vous voulez en savoir plus sur les Galopins de Calcutta ? Découvrez-les en vidéo !

Vous souhaitez les soutenir ? http://galopinsdecalcutta.org/

 

Pierre Rabhi : sobre et heureux !

Vendredi le 2 octobre au soir, vous avez été très nombreux à venir écouter le paysan, écrivain et pionnier de l’agroécologie Pierre Rabhi, qui avait répondu à l’invitation d’Arlette Rohmer pour venir s’exprimer à Sélestat.

 

dédicace Conférence de Pierre RabhiAprès une séance de dédicaces lors de laquelle il a eu un sourire et un petit mot pour chacun, l’homme qui, au court de sa vie, a pratiqué et partagé un mode d’agriculture respectueux de la terre et favorable à une consommation modérée, a témoigné de ses constats et de son expérience.

« Vers la sobriété heureuse », tout un programme que Pierre Rabhi a déroulé d’une traite, comme on raconterait une histoire. Son histoire et celle de tous ceux qu’il a entraînés dans son sillage, comme le mouvement colibris, dont l’antenne alsacienne était présente, ou le centre d’agroécologie les Amanins, pour qui nous avons créé 3 recettes militantes : Le songe du Colibri, Douce humanité et Hymne à la terre.

Appel à la modération comme puissance d’action, construction d’une société dans laquelle la coopération est à la base de l’éducation, rappel que « c’est l’homme qui appartient à la terre et non l’inverse »… Les paroles de Pierre Rabhi, ponctuées d’exemples, d’anecdotes et de traits d’humour ont fait mouche auprès de son auditoire.

Pour ceux qui n’ont pas pu être présents, comme promis, l’intégralité de la conférence, filmée par Alexandre Sattler, est d’ores et déjà disponible.
Ou en version audio, pour ceux qui préfèrent écouter le podcast sur rdl68 !

diaporama conf pierre rabhi

Poursuivez la discussion et retrouvez l’intégralité de l’album photo sur notre page Facebook !

Merci encore pour votre présence et votre soutien au mouvement Colibris Alsace, et à très bientôt !

Pierre Rabhi : portrait d’un homme qui « fait sa part »

Affiche-Conférence-RabhiSa réputation d’homme passionnant à écouter le précède et c’est en un battement d’ailes que nous avons rempli la salle des Tanzmatten à Sélestat, où nous allons accueillir Pierre Rabhi en octobre prochain. En attendant sa venue, voici un petit texte de présentation de ce pionnier de l’agroécologie dont l’aura dépasse largement nos frontières.

Paysan, écrivain et penseur français d’origine algérienne, Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France. Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la Terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers.

Depuis 1981, il transmet son savoir-faire en Afrique, en France et en Europe, cherchant à redonner leur autonomie alimentaire aux populations. Il est aujourd’hui reconnu expert international pour la sécurité alimentaire et a participé à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification.

Pierre Rabhi appelle à « l’insurrection des consciences » pour fédérer ce que l’humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Devant l’échec de la condition générale de l’humanité et les dommages considérables infligés à la Nature, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à réaliser l’importance vitale de notre terre nourricière et à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une « sobriété heureuse ».

Pierre Rabhi a été à l’origine de nombreuses structures, nées de sa propre initiative ou de ses idées : ainsi l’association Terre & Humanisme (d’abord appelée “Les Amis de Pierre Rabhi”), le Mouvement des Oasis en Tous Lieux, le centre agroécologique Les Amanins, la Ferme des enfants-Hameau des Buis et plus récemment le Mouvement Colibris*. Il est sollicité pour de nombreuses conférences dans le monde, et a publié plus d’une quinzaine d’ouvrages dont les derniers, chez Actes Sud “Vers la sobriété heureuse” ou encore « Pierre Rabhi, semeur d’espoirs – entretien avec Olivier Le Naire ».

« De ses propres mains, Pierre Rabhi a transmis la Vie au sable du désert… Cet homme très simplement saint, d’un esprit net et clair, dont la beauté poétique du langage révèle une ardente passion, a fécondé des terres poussiéreuses avec sa sueur, par un travail qui rétablit la chaîne de vie que nous interrompons continuellement ».

Yehudi Menuhin

 

*L’un des souhaits que nous avions en organisant cette conférence est de soutenir ce magnifique projet initié par Pierre Rabhi (http://www.colibris-lemouvement.org/colibris/notre-mission).

Pendant la soirée une collecte sera organisée. Merci pour votre soutien !

Sandwichs de concombre et cresson au beurre de matcha

15 juillet 2015 sep sep Donnez votre avis !

Ces délicieux sandwichs fondants seront les stars de vos apéros cet été. Le beurre de matcha accompagne les concombres saupoudrés de cresson avec beaucoup d’originalité.

Une recette pleine de saveurs et de fraîcheur et surtout très facile à mettre en œuvre…

 

Sandwichs aux concombres et beurre de matchaPour 4 sandwichs :

Temps de préparation : environ 10 minutes

Ingrédients :

  • 1/4 concombre
  • Une pincée de sel
  • 4 grandes tranches de pain grillé
  • 1 cuillère à café de notre nouveau Matcha pour la cuisine en format 50 g
  • 50 g de beurre à température ambiante
  • 1 petite botte de cresson frais (que vous pouvez remplacer par des graines germées,…)

 

Préparation :

  1. Coupez le concombre en tranches très fines, salez légèrement et mettre de côté.Matcha cuisine 50g
  2. Faites griller le pain, puis retirez les bords pour des sandwichs plus onctueux.
  3. Mélangez le matcha avec le beurre, puis répartissez ce mélange uniformément sur la moitié des tranches de pain grillées. Salez très légèrement.
  4. Répartissez les tranches de concombre que vous aurez préalablement épongées avec du papier absorbant sur les tranches de pain non beurrées et saupoudrez-les avec le cresson.
  5. Refermez les sandwichs avec les tranches de pain beurrées au matcha, puis découpez-les en diagonales.

C’est prêt… vous pouvez vous régaler !

Tisane glacée : Délice des fruitiers aux framboises

3 juillet 2015 sep sep Donnez votre avis !

Délice des fruitiers glacéRien de plus facile que d’élaborer une tisane de fruits glacée ! Il suffit de s’y prendre un peu à l’avance et d’en infuser dans une cruche d’une bonne contenance (surtout si vous être une famille nombreuse).

Avec Délice des fruitiers et son harmonieux mélange  aux arômes de pêche, de pomme et d’orange, vous obtiendrez uneDélice des fruitiers des Jardins de Gaïa boisson à la fois ronde et légèrement acidulée.

Pour une boisson au goût intense, remplissez un sachet à infuser à raison de 3 cuillères à soupe de tisane par litre d’eau froide.

Laissez infuser au minimum 5h au réfrigérateur. L’idéal est de préparer la tisane la veille et de la laisser une nuit au réfrigérateur.

Retirez le sachet et c’est prêt ! Pour une boisson encore plus savoureuse, vous pouvez rajouter des morceaux de fruits frais au dernier moment.

Nous avons testé avec quelques framboises fraîches de notre jardin : un véritable délice !

http://www.jardinsdegaia.com/tisane-de-fruits-bio-delice-des-fruitiers-peche-agrumes.html#main

Notes de dégustation : Potong Primeur 2015

Dégustation du Potong Primeur 2015Lors de notre dégustation des primeurs du Darjeeling 2015, nous sommes littéralement tombés sous le charme de ce primeur de la coopérative de Potong qui regroupe des petits producteurs sur des jardins créés il y a plus de 100 ans.

Leurs productions certifiées bio depuis 2008 et en commerce équitable depuis 2009 nous ravissent d’année en année et soutiennent la comparaison avec celles des meilleurs jardins du Darjeeling comme nous le prouve cet excellent cru 2015.

Une petite merveille pour les amateurs de primeurs subtils et délicats !

Origine : jardins de la coopérative de Potong, Darjeeling, Inde

Type de darjeeling : primeurs, premières récoltes de printemps

Couleur du thé : noir

Température de l’eau : 90°C

Temps d’infusion en grosse théière de 500 ml : 3-4 minutes

Quantité infusée : 4 grammes pour un demi-litre

Feuille sèche : petites feuilles régulières d’un joli camaïeu vert, brun, sombre, bien travaillées avec de nombreux bourgeons gris argenté.

Le parfum est herbacé, laiteux et fruité avec des notes d’agrumes.

Feuille infusée : feuilles régulièrement développées, brun-vert, brillantes

Liqueur : limpide d’une jolie couleur jaune doréePotong Primeur 2015 Les jardins de Gaïa

Au nez : les fragrances sont particulièrement fraîches et agréables. On distingue des notes de fruits à coques, de sucre roux et de pâte d’amande qui évoque la frangipane. La promesse d’une tasse gourmande !

En bouche : Une tasse très savoureuse ! Les arômes herbacés et fleuris typiques des darjeelings, sont accompagnés d’agréables notes d’amandes amères, de beurre salé et de caramel.

L’infusion est bien équilibrée, pleine de saveur et de fraîcheur et marque agréablement le palais avec une belle longueur. Un véritable coup de cœur !

La coopérative de Potong (Bengale-Occidental / Darjeeling)

Les jardins de thé de Potong sont situés sur les contreforts de l’Himalaya dans le Darjeeling et ont été créés il y a plus de 100 ans. En raison de la récession économique, ces jardins ont été abandonnés par leurs 2 premiers propriétaires à la fin des années 1970 et en 1990. S’en sont suivies à chaque fois d’importantes difficultés socio-économiques pour les 343 travailleurs et leurs familles. Ce n’est qu’en 2005 que ces jardins ont été rachetés par Tea Promoters of India et que la coopérative de Potong a pu voir le jour.

Aujourd’hui, ce groupement de petits producteurs travaille en partenariat avec la fabrique de thé de Singell. Leur production est certifiée pour l’agriculture biologique (depuis 2008) et pour le commerce équitable (depuis 2009). En 2008, nous les avons financièrement aidés à l’installation d’un système d’irrigation. La coopérative a nommé la parcelle irriguée “Gaïa Bari”, en français “les jardins de Gaïa”, pour nous en remercier.

Notre Potong primeur 2015 est disponible ici.

 

 

Smoothie de matcha aux épinards et kiwi

Voici une recette très originale de smoothie, alliant le thé vert en poudre japonais à la l’énergie des jeunes pousses d’épinard et la douceur du kiwi. Un vrai cocktail de vitalité, idéal pour une petite cure de remise en forme !

Ingrédients :Smoothie de matcha aux épinards et kiwi

 

Préparation :

  1. Couper les pommes en morceaux, peler le kiwi et laver les feuilles d’épinard dont vous aurez retiré les tiges.
  2. Passez les morceaux de pomme, le kiwi et les feuilles d’épinard au blender avec le reste des ingrédients jusqu’à l’obtention d’un smoothie onctueux
  3. Servir avec un glaçon ou après un petit passage au réfrigérateur.

Bonne dégustation !

http://www.jardinsdegaia.com/the-vert-bio-beginner-s-matcha-izumi-tube-aiya.html#main

http://www.jardinsdegaia.com/epice-bio-cannelle-en-poudre.html#main

Afrique du Sud : récit de voyage…

10 avril 2015 sep sep Donnez votre avis !

Annick Bacher et Suzanne Stahl, toutes deux employées aux Jardins de Gaïa, reviennent pour nous sur leur voyage de ce début d’année. Elles qui avaient accompagné Arlette Rohmer, fondatrice des Jardins de Gaïa et Cassandre Maury, responsable produits et filières, ont pu vivre une aventure humaine exceptionnelle auprès de nos partenaires sud-africains. Récit… (Photos : Christine Nachmann)

Comment avez-vous été accueillies en Afrique du Sud ?

Voyage Afrique du Sud, Rooibos, Jardins de Gaïa, Wupperthal

Annick Bacher et Suzanne Stahl à la découverte de l’immensité et de la beauté des terres sud-africaines.

Annick : Comme dans un rêve ! Dès notre atterrissage nous avons été prises en charge par Christine Nachmann* qui s’est révélée être une guide fantastique pendant tout le voyage. Plantes, animaux, histoire de l’Afrique du Sud, économie, mode de vie, elle était intarissable sur tous les sujets. Et surtout elle a un enthousiasme très communicatif dès qu’il s’agit de faire aimer son pays !

Quant aux producteurs, ils sont tout simplement adorables ! Ils sont tellement directs et chaleureux que dès les premiers échanges nous nous sommes tout de suite senties intégrées dans leur communauté !

Travailler avec eux et partager leurs délicieux repas faits de légumes et de fruits locaux ont été des moments d’humanité inoubliables.

Suzanne : Je partage les impressions d’Annick. La chaleur humaine qu’ils dégagent est vraiment contagieuse ! Je suis fille d’agriculteur et j’ai un peu eu l’impression de revenir à une époque où les gens étaient très solidaires dans nos campagnes. Il régnait une atmosphère très particulière dans les rues des villages que nous avons visités. On a vraiment l’impression que tout le monde se connaît : on se salue et les enfants viennent spontanément vers vous tout sourire.

Voyage Afrique du Sud, Rooibos, Jardins de Gaïa, Wupperthal

Au centre et de gauche à droite : Arlette, Cassandre, Suzanne et Annick entourées de Franz et ses enfants dans leur entreprise de transformation du Rooibos de Wupperthal.

On sent aussi que les paysans sud-africains font les choses naturellement parce qu’ils aiment tout simplement les faire. L’argent a moins d’importance que chez nous : les gestes de solidarité font partie du quotidien. J’ai vécu des moments en leur présence qui m’ont parfois émue jusqu’aux larmes. J’avais l’impression d’être retournée à l’essentiel.

Et surtout j’ai senti que ce sont des gens fiers de leur terre avec laquelle ils ont encore un contact direct comme nos paysans autrefois. Ils aiment partager les fruits de leur travail au cours d’un repas. On sent que pour eux c’est un cadeau de la nature qu’ils savent encore respecter.

Partager fait partie intégrante de leur manière de vivre même s’ils ne sont pas entourés par l’opulence.
J’ai aussi été touchée par la manière dont ils ont accueilli Arlette. J’ai tout de suite senti à quel point ils la respectent et je pense qu’elle a vraiment une relation d’amitié privilégiée avec eux. Ils étaient nombreux à s’être mobilisés pour l’après-midi de projection des films que nous avions réalisée à l’occasion des vingt ans des Jardins de Gaïa. Ils se montraient très curieux et voulaient en savoir toujours plus sur nous.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué pendant ces deux semaines de voyage ?

Voyage Afrique du Sud, Rooibos, Jardins de Gaïa, Wupperthal

Difficile de ne pas succomber aux charmes des paysages sud-africains qui confinent souvent au sublime !

Annick : Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre et les premiers kilomètres de piste m’ont tout de suite fait penser à l’immensité du continent australien. Les espaces s’étendent à perte de vue dans des variations de couleurs ocre qui se déclinent de mille manières. De temps en temps, dans cette aridité, des endroits invraisemblables semblent émerger de nulle part… comme les étendues recouvertes de Kokerboom, cette plante majestueuse de la famille des aloès qui met 20 à 30 ans avant de fleurir. Ou encore le plateau du Papkuislfontein avec sa biodiversité extraordinaire et ses vertigineux canyons. Etre au milieu de ces sites laisse des souvenirs inoubliables ! D’ailleurs je n’arrête pas de me replonger dans les photos.

Je rêve de pouvoir retourner en Afrique du Sud pour y faire des randonnées au printemps (septembre en Europe), car la diversité de fleurs, de plantes, de paysages et de couleurs est à son apogée à cette période de l’année.

Curieusement les couleurs m’ont semblé beaucoup plus saturées en Afrique du Sud. Les couchés de soleil qui vont jusqu’à des rouges vibrants et profonds ont parfois un côté irréel.

Wupperthal, Rooibos, Jardins de Gaïa

L’après-midi d’échanges organisée à Wupperthal avec les membres de la coopérative, avait été l’occasion de leur présenter notre calendrier 2015 dédié aux femmes des différentes coopératives avec lesquelles nous travaillons.

La nature est d’une intensité que je ne soupçonnais pas. D’ailleurs Suzanne se levait tous les jours entre quatre et cinq heures du matin pour ne pas perdre une miette de ce voyage où tout nous semblait magique.

Suzanne : C’est le voyage de ma vie ! Je n’ai jamais eu l’occasion de prendre l’avion et de partir loin. J’en ai toujours rêvé, mais je n’ai jamais osé franchir le pas ! C’est lors du tirage au sort à l’occasion de la fête des 20 ans des Jardins de Gaïa que mon rêve s’est réalisé : j’y ai gagné mon ticket pour l’Afrique du Sud !

Je n’en reviens toujours pas et ma famille a même dû m’encourager à partir, car j’hésitais à les laisser seuls… Tout le village était au courant et maintenant encore on vient m’aborder dans la rue pour que je raconte mon périple !

J’ai été souvent ébahie par la puissance et la beauté qui se dégage de la Nature sud-africaine. Entre les montagnes, les canyons immenses, les plantes invraisemblables, les pistes de centaines de kilomètres où l’on croise des milliers d’animaux, on en prend véritablement plein les yeux !

Ce qui m’a aussi étonné, c’est la manière dont les Sud-Africains se déplacent dans ce pays immense : on croise beaucoup de personnes qui marchent sous le soleil à des dizaines de kilomètres des villages les plus proches. Se déplacer à pied d’un endroit à l’autre sur de longues distances semble faire partie de leur quotidien.

Vous avez eu la chance de participer à la récolte du rooibos. Comment avez-vous vécu cette expérience ?

Voyage Afrique du Sud, Rooibos, Jardins de Gaïa, Wupperthal, Barend Salomo

Suzanne en pleine cueillette du rooibos en compagnie de Barend Salomo gérant de la coopérative de rooibos bio et équitable de Wupperthal.

Suzanne : Ça m’a rappelé de bons souvenirs ! J’ai vraiment apprécié cette expérience. Le mercredi après-midi et le soir après l’école, je travaillais à la ferme et la faucille très arrondie utilisée pour la récolte du rooibos ressemble beaucoup à celle que j’utilisais pour récolter le persil. Le maniement est semblable et je suis très fière d’avoir pu participer à la récolte de la plante qui donne la boisson emblématique d’Afrique du Sud !

Annick : On se levait très tôt pour être dans les champs dès 6 h du matin. C’est une habitude là-bas, car la température peut monter très vite haut dessus de 40° en journée. Ceci dit, cette année a été particulièrement douce. Il a même plu alors que nous étions en plein été, ce qui n’était pas arrivé depuis très longtemps.

La récolte qui a lieu en été (janvier en Europe) est le moment le plus important de l’année pour les producteurs. On sent partout une réelle effervescence comme pour la période des vendanges ou des moissons en France. C’était un moment unique à vivre  au milieu de paysages vraiment extraordinaires.

Désormais, je pense qu’aussi bien Suzanne que moi,  nous ne nous boirons plus jamais une tasse de rooibos de la même manière !

*Christine Nachmann a quitté l’Allemagne pour la lumière sud-africaine il y a 25 ans. Photographe et grande amatrice de thé, elle suit depuis près de dix ans Arlette Rohmer dans ses périples dont elle saisit les instants en images avec beaucoup de sensibilité.

 

Lapins de Pâques en crêpes au matcha accompagnés de leur salade de mangue

Pâques, MatchaJolies couleurs et créativité animent ces mignons petits lapins verts accompagnés de leur salade de mangue à la menthe. Voici une recette originale pour les yeux et le palais qui ravira toute la famille !

Ingrédients pour la salade :

  • Une mangue mûre
  • Un citron vert
  • Quelques feuilles de menthe fraîche dosées selon votre goût
  • 1 cuillère à soupe de sirop d’érable

 

Ingrédients pour environ 10 crêpes :

  • 150 g de farine
  • 2 cuillères à café de matcha pour la cuisine Fuku
  • 2 cuillères à soupe de sucre
  • 2 cuillères à café de levure en poudre (levure chimique)
  • 1 pincée de sel
  • 250 ml de lait
  • 1 gros œuf, légèrement battu
  • 30 g de beurre fondu

 

Pour décorer les crêpes :

  • Des bananes, coupées en tranches dans la longueur
  • De la noix de coco râpée

 

Préparation :

(Temps de préparation 20 minutes)

  1. Découpez la mangue en petits dés et mélangez-les dans un saladier avec les feuilles de menthe que vous aurez finement émincées. Pressez le citron vert et incorporez le jus au mélange avec la cuillère à soupe de sirop d’érable. Laissez reposer la salade obtenue une demi-heure au frais.
  1. Mélangez tous les ingrédients secs dans un grand bol. Mélangez au fouet dans un autre récipient le lait, le beurre et l’œuf. Ajoutez le deuxième mélange aux ingrédients secs et mélangez le tout vivement avec un fouet pour obtenir une pâte bien homogène. Ne pas remuer trop longtemps afin que les crêpes restent moelleuses. Il peut y avoir quelques Matcha Fukugrumeaux dans la pâte ce n’est pas grave…
  1. Afin que les crêpes conservent leur belle couleur verte qui caractérise le matcha et qu’elles ne brunissent pas, elles doivent être cuites à température modérée. Dans la poêle à frire préchauffée, ajoutez un peu de beurre. Placez une petite portion de pâte et laissez cuire doucement, lorsque de petites bulles se forment sur le dessus de la pâte, retournez la crêpe et cuire doucement quelques minutes de plus. Préparez ainsi 5 petites crêpes pour réaliser les têtes de lapin et 5 moyennes pour leurs corps. Réservez les crêpes au chaud dans le four jusqu’au moment de les servir.
  1. Posez dans chaque assiette une grande et une petite crêpe pour réaliser  la silhouette du lapin comme sur la photo. Décorez chaque petite crêpe de deux tranches de banane pour faire les oreilles et saupoudrez de la noix de coco râpée en petit tas sur la base de la grande crêpe pour former une queue. Servir les petits lapins avec des coupelles de la salade de mangue à la menthe.

Ca y est vous pouvez déguster ! Mais dépêchez-vous avant que les lapins ne prennent la fuite…

Le Lamele* au matcha (recette revisitée de nos grands-mères)

17032015_AMBIANCE MATCHA_18« Il est tout vert cette agneau ! » vont s’écrier nos chers petits…

Avec la magie du thé vert en poudre japonais associé à cette valeur sûre des traditions pascales alsaciennes, l’effet sera aussi garanti sur les papilles !

Prévoyez large si vous êtes en famille : frais et moelleux à la sortie du four ou passé de quelques jours avec le thé du matin, c’est un délice !

*Ce biscuit moelleux en forme de petit agneau pascal est une spécialité alsacienne qui se déguste le matin de Pâques

 

 

Pour un petit agneau

Temps de préparation : 20 minutes

  • 2 gros ou 3 petits œufs
  • 80 g de farine
  • 80 g de sucre
  • 2 cuillères à café de matcha cuisine Jardins de GaïaThé vert en poudre japonais, Matcha, Recette, Pâques
  • une pointe de levure en sachet
  • 1 cuillère à soupe d’eau chaude

 

Préparation :

Beurrez et farinez le moule en forme d’agneau (vous pouvez le remplacer par des petits moules à muffins). Battez les jaunes d’oeufs avec la cuillère à soupe d’eau chaude et la moitié du sucre jusqu’à l’obtention d’une mousse. Battez les blancs d’oeufs en neige et ajoutez-y le sucre restant. Incorporez délicatement au mélange jaune d’œufs – sucre, la farine additionnée du matcha, et les blancs en neige. Versez la préparation dans le moule à Lamele ou les petits moules à muffins. Enfournez le moule environ 20 minutes à 185°C.

 

Croissants « sablés » matcha vanille

25 février 2015 sep sep Donnez votre avis !

Ces petits croissants de lune sont tout simplement irrésistibles avec leur jolie couleur vert tendre et leur association d’arômes de matcha, vanille et orange.

Des sablés qui accompagneront parfaitement un tea time gourmand !

Pour 50 pièces

Temps de préparation : environ 30 minutes

Croissants-sablés-Matcha-VanilleIngrédients :

200 g de beurre (à température ambiante)

3 cuillères à soupe de Beginner’s Matcha Izumi

1 gousse de vanille

90 g de sucre

250 g de farine

150 g de poudre de noisette ou d’amande

1 tasse de sucre mélangé à un zeste d’orange

Préparation :

  1. Préparez la pâte la veille afin de la laisser reposer. Mélangez le beurre jusqu’à ce qu’il soit crémeux, avec le matcha, l’intérieur de la gousse de vanille (que vous aurez gratté) et le sucre nature. Ajoutez la farine et la poudre de noisette ou d’amande. Continuez à mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
  2. Emballez la pâte obtenue dans une feuille de plastique alimentaire ou une boîte hermétique et laissez reposer une nuit.
  3. Préchauffez le four à 170°C et couvrez une plaque à gâteaux de papier sulfurisé.
  4. Le lendemain, sortez la pâte une demi-heure avant la préparation pour qu’elle reprenne la température ambiante. Pétrissez-la brièvement manuellement. Prélevez la moitié de la pâte et façonnez un rouleau de 4 cm de diamètre, puis découpez des rondelles de 1 cm que vous façonnerez en demi-lune (croissant). Déposez-les sur la plaque de cuisson.
  5. Laissez dorer les sablés une dizaine de minutes à 170° C. Sortez-les du four et saupoudrez-les de sucre à l’orange.
  6. Recommencez l’opération avec le reste de la pâte.
  7. Conservez-les sablés au matcha dans une boîte à gâteaux.

http://www.jardinsdegaia.com/beginner-s-matcha-izumi.html#main

 

Aux racines du calme : un thé au ginseng qui prend soin de vous

AUX_RACINES_DU_CALMEGinseng-+-Aux-Racines-du-Calme-100gOriginaire de Corée le ginseng est une plante réputée « bonne pour tout ». En Chine, cette racine qui, à partir d’un certain âge peut prendre un aspect anthropomorphe avec un tronc, deux bras et deux jambes est appelée rensheng (ren signifiant « homme »). En occident son nom générique vient du grec panax qui signifie « panacée » ou remède universel.

Pour que le fragile rhizome arrive à maturité et délivre toutes ses vertus il doit être cultivé au moins 6 ans et avec grand soin. Cela en fait une plante particulièrement coûteuse et recherchée.

Il est communément admis qu’une cure de ginseng permet un rééquilibrage et un traitement de fond sur l’ensemble du corps pour une meilleure résistance au stress de la vie quotidienne.

Nous l’avons associé à un excellent sencha coréen très proche des célèbres thés verts japonais. Naturellement il délivre une grande quantité de vitamine C et de précieux éléments minéraux dans une liqueur aux expressions iodées et végétales si typiques.

Un mariage de raison et de passion pour une tasse à la fois gustative et régénérante !

http://www.jardinsdegaia.com/the-vert-bio-aux-racines-du-calme.html#main